Ecocéa, premier site de France à injecter du biométhane dans le réseau haute pression de GRTgaz

Un article paru dans le Bioénergie International n°35 de janvier-février 2015

Les deux digesteurs verticaux et le gazomètre, photo Frédéric Douard

Les deux digesteurs verticaux et le gazomètre, photo Frédéric Douard

Le SMET 71 est un établissement public chargé de traiter les déchets des 315 000 habitants de l’est de la Saône-et-Loire. Pour respecter la réglementation française et européenne (diminution de la mise en décharge de 15% et recyclage d’au moins 45% des déchets ménagers en 2015), les élus du SMET 71 ont décidé de construire une unité de tri-méthanisation-compostage pour traiter les ordures ménagères résiduelles (OMR) sur le site de Chagny près de Chalon-sur-Saône. Pour valoriser la fraction fermentescible des OMR, cette nouvelle unité va produire du biométhane et du compost à vocation agricole.

Une genèse de projet sur une décennie

Après une période d’étude qui a démarré dès 2004, le SMET a confié en juillet 2011 la conception et la construction de l’usine à un groupement d’entreprises composé de TIRU, Eiffage Construction et du cabinet d’architectes Olivier Le Gallée. Pour ce projet, TIRU en tant que constructeur s’est associé à OWS, concepteur de la technologie de méthanisation DRANCO et à ALFYMA, spécialiste de la manutention industrielle. L’unité emploiera 17 personnes pour son exploitation qui sera assurée par TIRU, société spécialisée dans la valorisation des déchets depuis 1922 et filiale d’EDF depuis 1946.

Ecocéa est une installation qui a été conçue pour être la plus simple, la plus flexible et la plus évolutive possible et ceci pour deux raisons : pour que son fonctionnement coûte le moins cher possible dans le temps mais aussi pour éviter un certain nombre d’écueils identifiés lors d’expériences précédentes. Les procédés mis en place à Chagny font espérer à leur promoteurs des performances ambitieuses : un taux de diversion supérieur à 50%, une production de biogaz de 155 Nm³ par tonne entrante dans les digesteurs et une qualité du compost au-delà de la norme NFU 44051.

Les travaux ont débutés en janvier 2013 et se sont terminés fin janvier 2015. La première tonne de déchets est arrivée le 21 janvier 2015 et l’unité sera mise progressivement en service jusqu’en septembre 2015 …

… pour lire la suite, consulter le Bioénergie International n°35 de janvier-février 2015.

Le magazine Bioénergie International est disponible :