Encouragement à la pollution et au gaspillage par brûlage du bois de haie !

Le brûlage à l'air libre engendre des quantités de polluants  jusque 10 000 fois plus importantes par unité de biomasse consommée, que les chauffages à bois performants, photo Frédéric Douard

Le brûlage à l’air libre engendre des quantités de polluants jusque 10 000 fois plus importantes par unité de biomasse consommée, que les chauffages à bois performants, photo Frédéric Douard

Depuis des années, les organismes de mesure et de protection de l’air, les médecins et les pouvoirs publics attirent l’attention sur les risques sanitaires engendrés par le brûlage des déchets verts à l’air libre. De très nombreuses études ont en effet démontré la capacité considérable de nuisance de cette pratique, tout comme l’écobuage, en matière d’émission de particules fines et d’hydrocarbures imbrûlés, des produits sources de maladies respiratoires. Un feu de bois verts à l’air libre va en effet produire de 500 à 3000 fois plus de polluants que la combustion de ces mêmes produits dans une chaudière adaptée. Pour mettre fin à cette pratique polluante et gaspilleuse de ressource, le Grenelle de l’environnement avait obtenu en 2011, l’interdiction de ces brûlages. Parallèlement, les pouvoirs publics et de nombreuses organisations agricoles militent pour une valorisation des tailles de haies en bois-énergie, et des aides sont en place pour cela depuis des années.

Aujourd’hui, comble de régression, la chambre d’agriculture de Bretagne crie victoire et annonce que cette interdiction est enfin levée dans le département d’Ille-et-Vilaine !!!

« Suite à l’intervention de la profession en février 2014, les ministères ont autorisé le brûlage des rémanents de l’entretien des haies par les agriculteurs. A retenir : à ce jour, vous avez la possibilité de brûler ces rémanents. »

Cette attitude, qui s’inscrit à contre sens complet avec tous les efforts menés ces dernières années pour rendre les pratiques agricoles plus vertueuses, et pour arrêter le gaspillage de combustible renouvelable tel que le bois de haies, ne peut être que dénoncée, d’autant que les équipements de broyage de rémanents existent désormais dans toutes les régions françaises et que les débouchés sont connus : bois-énergie, paillage des sols et litières animales.

Frédéric Douard

Frédéric DOUARD

Frédéric DOUARD : rédacteur en chef du magazine Bioénergie International, animateur du Portail francophone des bioénergies. Pour me contacter : fdouard arobase bioenergie-promotion.fr

Vous aimerez aussi...