Vif intéret des communes d’Alsace et Vosges pour le chauffage au granulé de bois

La centrale de cogénération et de production de granulés Siat-Braun à Urmatt, photo Frédéric Douard

La centrale de cogénération et de production de granulés Siat-Braun à Urmatt, photo Frédéric Douard

Dans le cadre de la 5ème édition de la fête nationale de l’énergie, la scierie Siat Braun organisait, en partenariat avec le Pays Bruche-Mossig-Piémont, une soirée à destination des élus alsaciens et vosgiens. L’objectif était de montrer aux maires et à leurs adjoints en charge des questions énergétiques, l’intérêt du chauffage à partir de granulés de bois, à partir de cas concrets. 

Cette soirée s’est déroulée le vendredi 10 octobre 2014 de 17h30 à 23h00 sur le site de la scierie Siat Braun. Elle a réuni 240 personnes, dont 210 élus, essentiellement des maires, souvent accompagnés de leur adjoint en charge des questions énergétiques. 113 communes d’Alsace ou des Vosges étaient représentées, un beau succès !

Basée à Urmatt sur le territoire du Pays Bruche-Mossig-Piémont, Siat Braun est aujourd’hui la plus importante scierie de France et aussi l’une des plus modernes d’Europe. Créée en 1818, l’entreprise familiale ne cesse d’innover et d’investir depuis sa création en 1818. Ainsi, depuis 2012, la scierie s’est dotée d’une unité de cogénération, produisant de l’électricité (4,8 MWe) et des granulés de bois (capacité de 120 000 t/an).

La soirée a été animée par Alain Ferry, maire de Wisches et ancien député de la circonscription. Après un mot de bienvenue de Marie-Reine Fischer, maire de Dinsheim et présidente du Pays Bruche-Mossig-Piémont, le programme a été le suivant :

  • Michel Siat, responsable de la commercialisation des granulés Siat Braun, a présenté l’état de la filière granulés en insistant notamment sur trois sujets sensibles : la qualité des granulés, leur disponibilité future et l’évolution des prix. Ces deux derniers points ont été largement discutés, avec une conclusion consensuelle sur la suffisance de la ressource et sur la nécessité de trouver des solutions pour que le granulé reste à un prix compétitif.
  • Richard Mistler, directeur général de la SIBAR a expliqué pourquoi et comment, la SIBAR est en train de passer l’essentiel de ses 5 000 habitations (petit collectif, écoles, gendarmeries, mairies, …) au granulé de bois. Il s’agit d’un chauffage performant, conforme et respectueux de l’environnement (BBC, normes, bilan carbone, rejets…), au coût d’usage acceptable (un coût annuel de l’ordre de 4 à 5 €/m² de surface habitable suivant que l’eau chaude sanitaire est incluse ou non), au fonctionnement permanent et durable et d’entretien facile. Richard Mistler a également montré comment grâce au contrôle à distance des paramètres de fonctionnement, il était possible d’apporter un service maximum aux locataires.
  • Michel Matt, directeur d’exploitation du Mont Sainte Odile, a montré comment un site classé pouvait réduire fortement sa consommation de combustible tout en respectant les contraintes d’un site classé.
  • Maxime Brand, maire d’Ergersheim, a expliqué comment sa commune a décidé d’implanter un réseau de chaleur pour chauffer les 9 bâtiments communaux ainsi qu’un ensemble de 21 logements pour personnes âgées, géré par la SIBAR. La chaufferie avec 3 chaudières de 100 kW chacune et un réseau de chaleur enterré d’environ 200 mètres a coûté 272 000 €. La commune a bénéficié d’une subvention de 40% (30% de la Région Alsace plus 10% de l’ADEME). Le retour sur investissement sera nettement inférieur à 8 ans.
  • Monique Jung, Vice-Présidente de la Région Alsace, en charge des questions énergétiques, a conclu les discussions, en insistant sur les possibilités de soutien de la Région, en félicitant tous les acteurs de la filière granulés sur les progrès réalisés et en demandant à chacun de continuer à oeuvrer pour la développement d’une filière d’avenir, en veillant à éviter les soubresauts et à toujours assurer le meilleur service possible au client final.

Suite à ces discussions, les maires et leurs adjoints ont visité par groupes de 20 personnes, l’installation de production d’électricité et de granulés, et en parallèle, ont pu au cours d’un dîner convivial continuer à échanger sur leurs expériences respectives.