Biocarburant 2G, inauguration de la plateforme de prétraitement de biomasse Syndièse

Vue de la plateforme Syndièse, photo CEA

Vue de la plateforme Syndièse, photo CEA

Pilier de la première phase du projet de fabrication de biocarburant de 2ème génération baptisé Syndièse, la plateforme technologique Syndièse – BtS a été inaugurée lundi 6 octobre 2014 à Bure-Saudron par l’Administrateur général du CEA, Bernard Bigot, en présence notamment de Messieurs Christian Namy, Président du Conseil général de la Meuse et du GIP Objectif Meuse, et Bruno Sido, Président du Conseil général de la Haute-Marne et du GIP Haute-Marne.

Le programme Syndièse vise à construire un démonstrateur préindustriel de production de biocarburants de 2ème génération par voie thermochimique de taille préindustrielle (10 tonnes de biomasse par heure). L’enjeu est d’intégrer une chaîne de procédés complète sur un site unique à taille industrielle et de valider la viabilité économique de cette filière dont la ressource lignocellulosique n’entre pas en concurrence avec l’alimentation humaine.

Dans le cadre du développement de ce démonstrateur, le CEA se mobilise pour mettre au point une technologie innovante de transformation de la biomasse en gaz de synthèse (BtS). Ce projet, appelé Syndièse, réalisé en collaboration avec le groupe Air-Liquide, est indispensable à la réalisation du futur démonstrateur qui permettra la fabrication de biocarburant de 2ème génération.

C’est donc dans le cadre de la première phase de réalisation du projet Syndièse BtS (Biomass to Syngas), que la plateforme technologique de prétraitement de la biomasse a été construite sur le site CEA à Bure-Saudron et été inaugurée ce 6 octobre 2014. Elle sera accessible à d’autres acteurs académiques et industriels impliqués dans le développement d’équipements, et plus largement des procédés de prétraitement et de conversion de la biomasse. C’est dans ce cadre qu’interviennent également les équipes de la Plateforme Régionale de Transfert Technologique de CEA-Tech Lorraine. Le site du CEA où se situe la plateforme compte actuellement une trentaine d’hectares et emploie trois experts en charge du bon fonctionnement de l’installation.

Ce projet s’inscrit dans le cadre de l’accompagnement économique du laboratoire de l’ANDRA prévu par la loi du 28 juin 2006 et bénéficie du soutien réaffirmé de l’Etat, des collectivités locales et territoriales et des acteurs locaux.

Source : CEA