Bientôt une nouvelle usine de granulés au Nouveau-Brunswick ?

Photo Association des produits forestiers du Nouveau-Brunswick

Photo Association des produits forestiers du Nouveau-Brunswick

Le ministère des Ressources naturelles de la province du Nouveau-Brunswick au Canada, vient de faire savoir que la stratégie forestière du gouvernement provincial avait stimulé un investissement privé de 400 000 $ de la part de Northern Energy Solutions pour déterminer si une usine de granulés de bois pourrait être construite dans la région de Miramichi.

L’entreprise a en effet reçu une lettre d’intention du ministère des Ressources naturelles dans laquelle il est précisé que si le projet est réalisable, l’entreprise recevra une allocation de 378 000 mètres cubes de bois de résineux dans la région 3 (Nepisiguit-Miramichi).

« Nous travaillons avec Northern Energy Solutions, et nous sommes impressionnés par leur vision pour le secteur forestier du Nouveau-Brunswick et pour la région de Miramichi », a déclaré le ministre des Ressources naturelles, Paul Robichaud. « Notre gouvernement appuie sans réserve l’investissement global et la création d’emplois qui seraient générés par une usine de granulés de bois, et c’est pourquoi nous sommes heureux d’accorder une allocation de bois des terres de la Couronne. Je suis impatient de voir les résultats de leur recherche, et je suis convaincu qu’ensemble, nous pourrons créer de nouveaux emplois dans le secteur forestier dans cette région pour les générations à venir. »

Le président de l’entreprise, Ross Creelman, qui possède 40 ans d’expérience dans le secteur forestier au Nouveau-Brunswick, est persuadé que l’usine sera construite.

« J’ai toujours porté un grand intérêt à la réalisation de projets forestiers au Nouveau-Brunswick, et je crois que ce serait une excellente idée pour la région, a affirmé M. Creelman. Les résultats de notre évaluation préalable s’avèrent très positifs, et nous passons maintenant à une étape plus détaillée de l’étude. Nous comptons bien poursuivre l’étude et nous tiendrons le public informé des progrès réalisés. Cette usine constituerait un excellent moyen pour utiliser le bois à pâte dans la région qui est actuellement laissé sur le sol de la forêt en raison de la fermeture de scieries dans la région. »

M. Creelman a récemment vendu Marwood Ltd., une entreprise de produits forestiers près de Fredericton, à un groupe de ses employés. Il a été propriétaire de l’entreprise durant plus de 40 ans. Marwood Ltd. compte un effectif de plus de 200 employés. M. Creelman a également été un des pionniers de la construction d’usines de granulés de bois, ayant construit l’une des toutes premières au Canada il y a 23 ans.

L’usine de Miramichi expédierait les granulés de bois aux usines du secteur de l’énergie industrielle à l’étranger en vue d’y être utilisés comme un combustible plus propre pour remplacer le charbon.

Si les résultats de l’étude de faisabilité de Northern Energy Solutions sont positifs – ce qui permettrait d’aller de l’avant avec la construction d’une usine de granulés de bois à Miramichi –, le gouvernement provincial accordera à l’entreprise une allocation de 200 000 mètres cubes de bois à pâte. L’usine aurait également besoin d’un approvisionnement supplémentaire en bois, soit environ 100 000 mètres cubes de bois à pâte par année, qui proviendrait des terrains boisés privés.

On estime qu’une usine produirait 200 000 tonnes de granulés de bois par année. Elle procurerait de l’emploi à 25 techniciens et ingénieurs et elle permettrait de soutenir 75 emplois dans le secteur forestier.

Selon ses estimations, Northern Energy Solutions investira de 300 000 $ à 400 000 $ dans la réalisation de l’étude de faisabilité, qui s’échelonnera sur environ huit mois. Les coûts associés à la construction de l’usine devraient atteindre les 45 à 50 millions de dollars.

En mars 2014, le gouvernement provincial avait rendu publique une Stratégie de gestion des forêts de la Couronne pour la province. La stratégie devrait donner lieu à des investissements privés de l’ordre de 600 millions de dollars dans l’ensemble de la province et aider à créer 500 emplois directs et 1200 emplois dans le secteur de la construction. Au Nouveau-Brunswick, le secteur forestier procure de l’emploi à plus de 20 000 hommes et femmes. L’activité économique qui en découle génère des retombées de 1,45 milliard de dollars chaque année.