Evaluation technico-économique de la micro-méthanisation en Wallonie

Une étude de l’association ValBiom

Unité de biométhanisation Biolectric de 10 kWe de la ferme Devos à Framont

Unité de biométhanisation Biolectric de 10 kWé de la ferme Devos à Framont

Ces dernières années ont vu l’émergence de plusieurs unités de biométhanisation à la ferme. Quatre unités de moins de 10 kWé existent désormais en Région wallonne, et une soixantaine en Flandre. De plus, plusieurs sociétés développent des solutions de construction pour ce type d’installation.

Vers une autonomie

L’installation d’une unité de très petite puissance répond à plusieurs objectifs : atteindre l’autonomie électrique, tout en permettant de produire de la chaleur utilisable (notamment dans les salles de traite), et en utilisant des matières disponibles (les effluents d’élevage disponibles sur l’exploitation).

Construire son projet

Installer une unité au sein de l’exploitation nécessite une réflexion. En effet, il semble important que l’énergie fournie par l’unité soit en adéquation avec les besoins de l’exploitation agricole. Il faut également choisir la technique de biométhanisation la plus adéquate avec les intrants dont on dispose. Et il faut s’assurer de la rentabilité du projet afin d’assurer la pérennité de l’exploitation.

Législation et aides

Plusieurs évolutions législatives ont eu lieu ces derniers mois. Tout d’abord, une nouvelle rubrique du permis d’environnement a vu le jour (la rubrique 40.40.10), qui permet aux unités dont les intrants proviennent de l’exploitation agricole et dont le digestat reste sur les terres de l’exploitation, d’avoir accès à une classe 3. Cette dernière nécessite simplement une déclaration à la commune, au lieu d’un permis (dans le cas d’une classe 1 ou 2).

D’autre part, certains dossiers relatifs au soutien pour les porteurs de projet ont évolué : les aides ISA, et la question des certificats verts. Cependant, les conclusions définitives ne sont pas encore connues à ce jour. ValBiom suit attentivement ces dossiers.

Installer une unité de biométhanisation à la ferme peut donc s’avérer intéressant et rentable. Néanmoins, il est important d’en analyser la pertinence avant de se lancer.

>> Télécharger l’étude (38 pages, 1,5 Mo)

Contacts : 

  • ValbiomChristelle Mignon – Tel: +32(0)81 627 154 – mignon@valbiom.be
  • Cécile Heneffe – Tél. : +32 (0)81 62 71 92 – Mob. +32  (0)488 17 21 18 – c.heneffe@valbiom.be