Dalkia va construire l’une des plus importantes centrales biomasse du Canada

Dalkia Canada et le fond canadien Fengate Capital Management Ltd. vont développer l’une des plus importantes centrales biomasse au Canada, qui sera conçue, construite et exploitée par Dalkia à Fort Saint James en Colombie Britannique.

Dalkia Fort Saint JamesDans le cadre de ce contrat de conception, financement, construction, gestion et maintenance, Dalkia assurera la gestion industrielle et la maintenance des installations ainsi que les prestations d’approvisionnement et de préparation du bois. Le financement de ce projet, l’un des plus importants du Canada et d’Amérique du Nord, sera assuré par le fond canadien Fengate Capital Management Ltd associé à un pool bancaire international. La construction de la centrale a été déléguée par Dalkia et Fengate Capital Management Ltd. à Iberdrola Ingenieria.y Construccion.

Avec une capacité de production électrique de 40 MW, cette nouvelle centrale valorisera 307 000 tonnes de biomasse par an, dont l’approvisionnement sera assuré par Dalkia en étroite collaboration avec les entreprises forestières locales, les scieries et les Premières Nations, les populations nord-amérindiennes. La biomasse utilisée par cette centrale proviendra des déchets de l’industrie forestière de la Colombie Britannique, tels que résidus de scierie, d’élagages forestiers et d’arbres détruits par l’épidémie de Dendroctone du pin qui a frappé les forêts locales ces dix dernières années.

Cette installation produira de l’électricité revendue à BC Hydro & Power Authority, qui servira près de 40 000 foyers canadiens, et évitera le rejet d’environ 95 000 tonnes CO2 par an – l’équivalent des rejets de plus de 45 000 voitures.

La réalisation de ce projet permettra en outre la création d’environ 250 emplois pendant la phase de construction et de 80 nouveaux emplois directs et indirects pendant les 30 ans d’exploitation. Ce projet générera pour Dalkia un chiffre d’affaires cumulé pour l’exploitation et la vente de biomasse de plus de 600 millions d’euros sur 30 ans.