Des foyers améliorés pour les populations les plus isolées d’Ouganda

Réseau de distribution de poêles, GVEPUn article de Meghan Smith du GVEP le 13 juin 2014

Les couts de distribution élevés sont un obstacle important pour les entreprises qui tentent d’atteindre les populations rurales et éloignées les plus défavorisées. Permettre aux consommateurs vivant dans des zones reculées, reste une tache coûteuse et difficile. Un projet pilote cherche à répondre à cette question en s’appuyant sur les infrastructures de distribution déjà existantes.

98% des producteurs de foyers améliorés ont implanté leurs activités autour des grandes villes, seulement trois producteurs ont développé leurs opérations en zones rurales. Un des obstacles freinant leur croissance est leur incapacité à atteindre les clients qui n’ont pas accès aux points de ventes traditionnellement situés dans les zones urbaines et périurbaines du pays.

La distribution, telle qu’elle est entendue aujourd’hui, consiste simplement à charger un camion avec des foyers, de conduire à travers les grandes villes et suivent les grands axes routiers du pays jusqu’à ce que tous les foyers soient vendus, ou presque. Cependant cette limitation aux routes principales et aux grandes villes signifie que les distributeurs ne passent pas dans les zones les plus isolées du pays

La construction d’un réseau de distribution couvrant ces zones les plus isolées et non desservies est un projet crucial pour le développement des entreprises. Cependant, c’est un défi de taille pour la plupart de ces dernières.

« Il existe très peu d’entreprises qui ont déjà une infrastructure de distribution prête à être utilisée dans le marché du bas de la pyramide » – explique Joel Essien, consultant travaillant sur le projet ESME. S’ils souhaitent atteindre ce marché, trois options sont à leur disposition; a) construire leur propre infrastructure, mais à un coût considérable; b) exploiter une infrastructure existante; c) Mettre en place un système de franchise en travaillant en partenariat. Etant donne le coût élevé d’investissement qu’implique la première et la troisième option, utiliser le réseau existant reste la solution la plus viable pour les petites entreprises.

Le programme ESME en Ouganda vise à soutenir le développement des PME en Afrique sub-saharienne en travaillant avec trois sociétés, engagées dans la production de foyers améliorés, pour mettre en place une chaîne plus large de distribution. Chaque entreprise – International Lifeline Fund, Africa Energy , Enviroment Saving Stoves and Solar Ltd et Energy Foundation Ouganda – est chargée de couvrir une zone géographique spécifique: respectivement, le Nord, l’Est et l’Ouest du pays.

La chaîne de distribution relie un entrepreneur à un distributeur, le transporteur est un intermédiaire desservant un réseau ou cinq ou localises dans les régions les plus isolées du pays.

« Nous avons gardé le modèle de distribution simple, car en tant que projet pilote il doit prouver son efficacité avant qu’il puisse être reproduit par les plus de trente entrepreneurs avec lesquels nous travaillons en Uganda. La plupart de ses derniers auront besoin d’un soutien », explique M. Essien.

Faire fleurir les réseaux existants pour atteindre la base de la pyramide

Les réseaux de distribution ont été identifiés en 2012 à la suite d’une étude d’évaluation du marché menée par GVEP pour L’alliance mondiale pour les foyers améliorés. Les distributeurs qui ont été pris en considération pour cette étude sont ceux fournissant les supermarchés avec des biens non périssables à travers tout le pays , ainsi que les transporteurs de matières premières sèches, tels que les haricots, le maïs et l’arachide. Les foyers sont des produits très fragiles, pour cette raison il est nécessaire de trouver des transporteurs qui sont habitués à transporter des matériaux fragiles. En ce qui concerne les détaillants, les points de vente les plus appropriés seraient les supermarchés et les magasins de bricolage qui parsèment les rues principales des petites villes rurales.

Il est prévu que cette approche générera une augmentation de 50% des ventes de foyers améliorés au cours des six prochains mois, amenant à 36.000 le nombre de foyers améliorés vendus. En plus des gains financiers obtenus par les entreprises impliquées dans le projet, de nombreux avantages sociaux et environnementaux, découlant de l’installation d’un réseau de distribution de foyers améliorés plus large, bénéficieront aux populations rurales Ougandaises.

« En Ouganda il y a une moyenne de quatre occupants par les ménages, nous estimons donc que le nombre de bénéficiaires sera de l’ordre de 50 000. Ce sont surtout des familles pauvres qui seront en mesure de réduire de moitié le coût des combustibles consommés pour la cuisine en adoptant l’utilisation d’un poêle économe en énergie. En terme d’impact environnemental, les ventes de 36 000 poêles se traduiront par une moyenne de 36 000 tonnes de réduction d’émission de CO2 « , souligne M. Essien

Un article de Meghan Smith du GVEP le 13 juin 2014. GVEP (Global Village Energy Partnership) travaille avec les entreprises des pays en développement pour augmenter l’accès à l’énergie moderne et améliorer la qualité de vie de milliers de personnes. A ce jour, un million de personnes a bénéficié de ses programmes.