Les recommandations des associations franc-comtoises pour le développement du bois-énergie

Dessin du guide, extrait de la plaquette «Forêt, biodiversité et changement climatique» France nature Environnement

Dessin du guide, extrait de la plaquette «Forêt, biodiversité et changement climatique»
France nature Environnement

Dans un contexte de développement de l’utilisation du bois-énergie en Franche-Comté, il est apparu important au réseau France Nature Environnement régional de produire un document, destiné au réseau associatif franc-comtois investi dans la protection de l’environnement, permettant de situer les enjeux liés à l’utilisation du bois-énergie et de mettre en avant des propositions concrètes afin que la ressource en bois et la biodiversité forestière soient préservées sur le territoire.

Un guide a donc été rédigé en partenariat avec Pro Silva France et  l’AJENA, l’association franc-comtoise des énergies renouvelables, pour tous les bénévoles et plus particulièrement les représentants, siégeant dans des commissions ou participant à diverses réunions, pour lesquels ce document doit faciliter les prises de position et le développement d’argumentaires pertinents.

Des recommandations précises y ont ainsi été faite concernant par exemple :

  • Les conditions de prélèvement du bois en forêt
  • La préservation de la biodiversité liée au sol
  • Favoriser une sylviculture irrégulière
  • Bien valoriser la chaleur dans les projets de cogénération
  • Privilégier le local

Dans sa conclusion, le document cite Jean de La Fontaine dans Le Laboureur et ses enfants :  » Un trésor est caché dedans »

« Nous sommes persuadés que l’exploitation « intelligente » – on parle de l’intelligence de la naturalité de la forêt – de la ressource bois peut être tout à fait compatible avec la restauration de la biodiversité et rentable économiquement. »

« La politique de séparation des fonctions dans l’espace, avec des forêts dédiées à la production intensive, d’autres à la fonction écologique est en contradiction avec le Code forestier et le Code de l’Environnement qui fondent la gestion forestière sur une gestion multifonctionnelle en vue d’optimiser l’ensemble des biens et services rendus par la forêt. Il serait souhaitable, dans cette optique, de laisser dans tous les massifs des parcelles en libre évolution. La forêt publique française à laquelle on peut associer la forêt privée et les forêts linéaires (ripisylves, rangée d’arbres, haies) doit devenir un réseau écologique forestier continu intégré dans la trame verte et bleue. Dans la même logique le réseau des forêts non exploitées doit être renforcé qui s’intègre aux forêts en libre évolution ou protégées déjà existantes : ce réseau irriguera l’ensemble des massifs leur offrant sa biodiversité et ses innovations, qui font défaut aux forêts actuellement trop exclusivement dédiées à la seule production de bois et donc appauvries.

Le développement de la filière bois-énergie en Franche-Comté doit être encouragé, dans le respect de l’écosystème forestier. Cette filière a un intérêt écologique global et un intérêt économique et social local par la création de richesses et d’emplois non délocalisables, dans la mesure où les sous-traitances des filières de valorisation du bois ne soient délocalisées ailleurs en Europe et dans le monde, la Chine par exemple. Ajoutons qu’on ne peut ré-envisager l’ensemble du mode d’exploitation de nos forêts sans en changer le mode commercial. Il faut donc revaloriser la filière bois dans son ensemble pour revaloriser la filière bois-énergie, mais en posant une réflexion locale sur les territoires et leurs spécificités et en tenant en compte des modes de gestions de la forêt explicités dans le présent document.

Des leviers d’actions pourraient alors être :

  • encourager fortement une filière bois d’oeuvre locale,
  • de mieux rémunérer les exploitants et des professionnels du secteur forestier,
  • revaloriser ou recréer des filières de bois nobles (érable, alisier, etc) qui ont une valeur ajoutée en marqueterie, ébénisterie. Pour favoriser leur commercialisation il est nécessaire de les regrouper en lot pour les ventes. D’où la nécessité de disposer de plateformes pour grouper et trier les lots. L’impact en biodiversité serait positif puisque cela inciterait les forestiers à favoriser ces espèces.

Pour que les propriétaires et les forestiers, privés et publics, s’engagent avec conviction dans cette gestion vertueuse de notre beau patrimoine forestier, il est indispensable qu’ils bénéficient d’une information et d’une formation renforcées9 sur les réalités complexes de la naturalité, de la biodiversité, les interactions positives des espèces avec la productivité des écosystèmes, et leur prise en compte dans la gestion forestière. Des connaissances et expérimentations sont disponibles mais insuffisamment connues et diffusées. Les acteurs de la forêt formés et informés ne percevront plus toutes les précautions à prendre en compte comme des contraintes mais comme une libération des richesses potentielles naturelles de leur forêt. »

>> Télécharger le guide sur le site de la maison de l’environnement de Franche-Comté (3,5 Mo)

Forêt, photo FNE

Recevez gratuitement la Lettre mensuelle Bioénergie International

Consultez les archives de Bioénergie actu.

-->