Nouveau procédé de prétraitement des bois d’élagage en vue de leur gazéification

Les inventeurs, photo Enea

Les inventeurs, photo Enea

www.bulletins-electroniques.com
En Italien dans le cadre d’une coopération entre l’ENEA et l’entreprise Varat, est née une proposition de projet pour utiliser la biomasse lignocellulosique hétérogène provenant de l’élagage pour alimenter un procédé de gazéification autrement compromis par des chocs thermiques et mécaniques, dus à des changements brusques de température du processus et par la mauvaise qualité du gaz de synthèse produit.

Le brevet déposé concerne une installation qui prévoit un procédé de prétraitement de la biomasse afin de sélectionner et séparer, grâce à un tamisage grossier, la biomasse de haute qualité BHQ (biomass high quality) de la biomasse de basse qualité BQL (biomass low quality). La BQL s’obtient par oxydation partielle. Elle est transformée en un charbon homogène et agit comme un « transfert énergétique » nécessaire pour la gazéification indirecte de la biomasse BHQ, avant de trouver une valorisation énergétique dans la gazéification directe.

De cette manière, il est possible d’obtenir un double avantage: la production d’énergie électrique et thermique provenant de la gazéification de la biomasse LQ directe et la production d’un gaz de synthèse avec une teneur élevée en hydrogène obtenu à partir de la gazéification indirecte de la biomasse HQ. Le gaz obtenu peut être utilisé pour des procédés chimiques, afin de produire des biocombustibles liquides ou gazeux tels que le methanol et les éthers, qui peuvent être synthétisés à partir de gaz de synthèse HQ et utilisés comme additifs pour l’essence, le biodiesel ou des combustibles gazeux tels que le gaz naturel synthétique GNS.

L’équipement de gazéification peut trouver une place non seulement en industrie comme installation facile à gérer pour la production d’électricité, mais aussi comme une plate-forme bioénergétique qui peut servir d’exemple et de moteur économique pour les entreprises opérant dans le domaine de la bioénergie.

Les inventeurs du brevet sont: Antonio Molino, Giovanni Santilli, Nadia Cerone, Maria Concetta Sorano, Luca Contuzzi, Sergio Senatore et Donato Sabatella. Le brevet, déposé le 8 mai 2014 avec le matricule RM2014A000233, est disponible dans la base de données des brevets ENEA depuis le 13 mai et est disponible pour le licensing.

Pour en savoir plus :

Origine : BE Italie numéro 127 (1/07/2014) – ADIT – www.bulletins-electroniques.com