Produire de l’électrcité à partir de biomasse en fonction de la demande

www.bulletins-electroniques.com

Balles de paille, photo Fachagentur Nachwachsende Rohstoffe

Balles de paille, photo Fachagentur Nachwachsende Rohstoffe

La chaleur produite à partir de biomasse est généralement générée suivant la demande, ce qui n’est pas le cas actuellement pour la plupart des installations de production d’électricité : les installations à bois et de biogaz produisent en général de l’électricité de façon constante et permanente. Cette capacité de production de base est considérée comme l’un des avantages de l’électricité à partir de biomasse par rapport aux autres sources d’électricité renouvelable. Néanmoins, si on souhaite voir la bioélectricité être produite également en fonction de la demande, par exemple pour compenser les fluctuations des énergies éolienne et solaire, un effort doit être fait.

Le Centre allemand de recherche sur la biomasse (DBFZ) de Leipzig (Saxe) a présenté sur ce sujet l’étude intitulée « Utilisation de la biomasse pour une production d’énergie en fonction de la demande », menée avec le soutien financier du Ministère fédéral de l’alimentation et de l’agriculture (BMEL) via l’Agence des matières premières renouvelables (FNR), porteur de projet du ministère pour le programme de financement « Matières premières renouvelables ». Au cours de trois séries de travaux, les chercheurs du DBFZ ont étudié les options technologiques existantes ainsi que l’intégration de l’électricité produite en fonction de la demande dans le réseau électrique, et ont évalué les différentes variantes.

L’étude a analysé à cet égard toutes les approches technologiques commercialisables, et fait ressortir leurs avantages et inconvénients spécifiques. Dans le même temps, des critères ont été élaborés, qui ont permis de comparer et d’évaluer les différentes technologies. Des options technologiques dans le domaine de la conversion thermochimique (par exemple : centrales à cogénération flexibles, installations de gazéification, piles à combustible…), de la production de biogaz (y compris en tenant compte du stockage de gaz et de la gestion de l’alimentation animale), ainsi que dans le domaine des bio-raffineries (en particulier pour la synthèse flexible de carburants et d’autres produits chimiques de base) ont été prises en compte dans cette étude. Un aperçu des technologies de de stockage de l’électricité et de la chaleur a également été donné, afin d’évaluer au mieux les technologies bioénergétiques flexibles. Enfin, l’examen des marchés pertinents et du cadre juridique parachève cette étude.

Bien que les installations au biométhane puissent être dès aujourd’hui considérées comme suivant la demande, tous les autres concepts nécessitent des ajustements techniques individuels, qui se répercutent sur leur rentabilité économique. Cependant, les chercheurs concluent que l’électricité à partir de biomasse est une énergie flexible disponible, qui peut faire coïncider l’offre et la demande avec relativement peu de difficultés techniques. En particulier, les technologies à base de gaz, qui tablent sur des gaz de synthèse ou du biogaz avec de préférence du stockage de gaz naturel dans le réseau, permettent une utilisation très flexible à démarrage rapide. Des variantes de combustibles solides répondent également aux exigences d’une production orientée vers la demande.

>> Télécharger l’étude complète (en allemand) – 7 Mo

Contact : Gabriel Torsten, Agence des matières premières renouvelables (FNR) – Tél. : +49 3843 6930 117 – t.gabriel@fnr.de

Origine : BE Allemagne numéro 659 (14/05/2014) – ADIT – www.bulletins-electroniques.com