Le développement du bois-énergie dans le Pays du Haut-Entre-deux-Mers

La Réole, vue aerienne du pont web

Créé en 1987, le SIPHEM est devenu syndicat mixte en 1988. La politique de l’habitat mise en place sur le territoire combine les questions du logement, de l’énergie, des services à la population et des espaces publics. Elle est conduite pour le compte de 103 communes et 4 communautés de communes sur le territoire du Pays du Haut-Entre-deux-Mers.

Le territoire du Syndicat mixte Interterritorial du Pays du Haut-Entre-deux-Mers est dépendant à 96% d’approvisionnements énergétiques extérieurs. Chaque année, les 43 M€ qui y sont consacrés pèsent lourdement sur l’équilibre financier des ménages et des collectivités. La quasi totalité des énergies ainsi « importées » n’est pas renouvelable et les énergies fossiles y ont une part majeure. Cela se traduit par l’émission de 100 000 tonnes de CO2 par an, venant aggraver l’évolution de l’effet de serre.

Visite de chaufferie organisée par le SIPHEM

Visite de chaufferie organisée par le SIPHEM

C’est pourquoi en 2003 le SIPHEM a engagé une opération pilote OPATB (Opération Programmée d’Amélioration Thermique et Energétique des Bâtiments) dont l’objectif est de réduire les émissions de CO2 sur son territoire (109 communes) en diminuant les consommations d’énergie et en développant les énergies renouvelables. C’est dans ce cadre que les élus  se sont  engagés à développement les énergies renouvelables parmi lesquelles figure le Bois Energie. Le programme Bois énergie qui a été lancé en 2004 vise à créer une filière économique locale, liée à la valorisation énergétique du bois et de la biomasse, de la collecte à la combustion en chaufferie en passant par sa transformation.

Depuis 2007, un programme d’animation, dédié au développement des énergies renouvelables et aux conseils énergie  auprès des collectivités, a été créé au sein du service énergie du Syndicat. Ce programme est soutenu financièrement par l’ADEME, le Conseil Régional d’Aquitaine, le Conseil Général de la Gironde depuis 2007 et par l’Europe (Feder) depuis 2010.

Construction de la chaufferie de Saint-Pierre-d'Aurillac

Construction de la chaufferie de Saint-Pierre-d’Aurillac

Le service énergie du SIPHEM propose depuis 2011 à ses collectivités adhérentes de bénéficier de son dispositif d’assistance intitulé « Maîtrise de l’Energie et Energies Renouvelables » mis en oeuvre par l’animateur du service énergie du Syndicat. En fonction de la taille et de la complexité du projet, l’animateur propose deux procédures d’accompagnement :

  • Pour des projets de petite taille (< 1MW) impliquant quelques bâtiments communaux, le Service énergie réalise les études de faisabilité technico économique.
  • Pour des projets de plus grande taille (> 1MW) impliquant les bâtiments communaux ainsi que des bâtiments privés, le Service énergie réalise le cahier des charges destiné à la réalisation d’une étude de faisabilité par un bureau d’étude, et monte les dossiers de demandes de subventions associés.

A l’issue des phases d’étude et de demande d’aides financières, la collectivité peut s’engager dans la réalisation concrète de son projet avec l’aide du SIPHEM pour l’écriture des documents de consultation, pour l’élaboration du plan d’approvisionnement, pour l’établissement du bilan d’exploitation, pour le suivi des travaux et le suivi de l’exploitation.

L’approvisionnement en bois

Hangar à bois déchiqueté de l'USTOM

Hangar à bois déchiqueté de l’USTOM

Dans le cadre des premiers projets de chaufferies à bois, il a été proposé à l’Union des Syndicat de Traitement des Ordures Ménagères (USTOM), basé à Massugas, d’étudier les possibilités de mutualisation de leurs moyens afin de stocker et de livrer les chaufferies publiques du territoire. Ce Syndicat, de par ses activités, possédait des équipements adaptés au conditionnement, et à la livraison de combustible biomasse. Une plateforme de stockage devant être construite pour compléter ces moyens existants. Par ailleurs, afin d’encadrer les conditions techniques et économiques de la fourniture en bois déchiqueté des chaufferies publiques du territoire, des conventions de partenariat ont été élaborées par le SIPHEM. Ces conventions jouent le rôle de cahier des charges concernant le combustible et les modalités de livraison.

Broyage des sarments, photo CA 33

Broyage des sarments, photo CA 33

Notons enfin que le SIPHEM anime , dans cette région renommée pour ses vins,  un groupe de travail sur le thème de la mobilisation du sarment de vigne comme combustible.

Les chaufferies

A fin 2013, 5 réseaux de chaleur au bois étaient en fonctionnement sur le territoire du SIPHEM (pour 2355 kW), ainsi que 3 chaufferies à granulés pour 147 kW. A cette date, sont également en projet 2 réseaux de chaleur pour 780 kW et 5 chaufferies à granulés pour 250 kW.

Cartes des réalisations et projets à la fin 2013 - Cliquer pour agrandir

Cartes des réalisations et projets à la fin 2013 – Cliquer pour agrandir

Présentation des 5 réseaux de chaleur au bois actuellement réalisés et exploités en régie :

Le filtre à particules de la chaufferie de Saint Pierre d'Aurillac

Le filtre à particules de la chaufferie de Saint Pierre d’Aurillac

Documents :

Pour en savoir plus : 

Contact : Maison de l’Habitat et de l’Energie – SIPHEM – 9 place Albert Rigoulet – 33190 LA REOLE – 05 56 61 20 75 ou s-i-p-h-e-m@wanadoo.fr

Frédéric DOUARD

Frédéric DOUARD : rédacteur en chef du magazine Bioénergie International, animateur du Portail francophone des bioénergies. Pour me contacter : fdouard arobase bioenergie-promotion.fr

Vous aimerez aussi...