Japon – Un combustible fait de plastique et de biomasse

http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/62599.htm

Des chercheurs de l’Université de Shizuoka ont créé un nouveau combustible à base de déchets plastiques et agricoles, aux caractéristiques thermiques proches de celles du charbon. L’équipe, menée par le professeur SAKO Takeshi, estime pouvoir arriver à un procédé de fabrication industriel d’ici trois ans.

Le principe est relativement simple : en brassant pendant 30 minutes les déchets plastiques et ceux issus de la biomasse dans de l’eau maintenue à forte pression (20 atmosphères) et à haute température (200°C), les chercheurs obtiennent des grains combustibles d’un diamètre de 1 à 5 millimètres. Ils les compriment ensuite pour obtenir des granulés. 1 t de déchets issus de la biomasse et 200 kg de plastiques permettent de fabriquer 400 kg de granulés.

1 kg de granulés possède un pouvoir calorifique de 6.250 à 7.000 kcal, une valeur de l’ordre de celle du charbon (6 750 kcal/kg). Selon les inventeurs, la combustion, contrairement à celle du charbon, ne dégage pas d’oxydes de soufre. Les quantités émises d’oxydes d’azote et de dioxines sont largement inférieures aux normes en vigueur au Japon pour les incinérateurs (7,21 m3N/h [1] pour les oxydes d’azote et 0,1 ng-TEQ/m3N [2] pour les dioxines). Les cendres résultant de la combustion sont riches en phosphore et peuvent donc être utilisées comme engrais inorganique.

Ce combustible peut être fabriqué à partir des déchets plastiques récupérés dans les supermarchés et des déchets non comestibles issus de l’agriculture, ressources abondantes au Japon. Son développement améliorerait donc l’indépendance énergétique du pays. Rappelons qu’actuellement 27% de l’électricité japonaise est produite dans des centrales au charbon.

[1] m3N : mètre cube normal : volume de gaz ramené sous une pression d’une atmosphère et une température de 0°C.

[2] Nanogramme Quantité d’Equivalent Toxique par mètre cube normal : unités qui permet d’exprimer la concentration en dioxines. Comme il existe plusieurs sortes de dioxines plus ou moins toxiques, la norme est calculée en ajoutant leurs différentes concentrations pondérées en fonction de leur toxicité.

Date : 15 mars 2010

Rédacteur : Hugues CHATAING

Origine : BE Japon numéro 532 (15/03/2010) – Ambassade de France au Japon / ADIT – http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/62599.htm