5,85 milliards € de subventions européennes pour les infrastructures électriques, gazières et pétrolières

Réseau électrique à haute tension, photo Frédéric Douard

Réseau électrique à haute tension, photo Frédéric Douard

La Commission européenne vient de dévoiler la liste des 250 projets d’infrastructures européennes qui vont faire l’objet d’un financement de 5,85 milliards €. L’ensemble de ces infrastructures concerne la distribution d’électricité, de gaz naturel et de pétrole au sein de l’Union. L’objectif de la Commission est de faire profiter les consommateurs des offres les plus avantageuses …. en l’occurrence en énergies fossiles pour l’immense majorité. Pour cela, la Commission européenne a adopté ce 14 octobre 2013 une liste sur laquelle figurent quelque 250 projets .

Ces «projets d’intérêt commun» bénéficieront de procédures accélérées pour l’octroi des licences et de meilleures conditions de régulation. Ils pourront également avoir accès au soutien financier du mécanisme pour l’interconnexion en Europe, au titre duquel un budget de 5,85 milliards € a été alloué aux infrastructures énergétiques transeuropéennes pour la période 2014-2020. Ces mesures permettront de mettre ces projets en œuvre plus rapidement et de les rendre plus attrayants pour les investisseurs. Une fois achevés, ces projets permettront aux États membres d’intégrer leurs marchés de l’énergie et de diversifier leurs sources d’énergie, et contribueront à mettre un terme à l’isolement énergétique de certains d’entre eux. >> Voir la liste complète des projets par pays.

En guise de consolation pour les énergies renouvelables, la Commission précise que le réseau pourra accueillir des volumes croissants d’énergies renouvelables, ce qui contribuera à réduire les émissions de CO2 (hum), en l’occurrence uniquement de l’électricité solaire et éolienne, et un peu de biogaz. A quand un plan européen d’investissement dans des infrastructures significatives pour les énergies renouvelables : réseaux de chaleur, réseaux de biogaz, infrastructures de transport par voie d’eau et rail pour les biocombustibles, stockage de l’électricité renouvelable et du biogaz, etc… ?

Frédéric Douard, Bioénergie International