Statistiques du bois-énergie en Suisse pour 2012

  • Catégorie(s) : Actu
Chaufferie à granulés de bois de Anzère dans le Valais, photo CBA

Chaufferie à granulés de bois de Anzère dans le Valais, photo Chauffage Bois-Energie Anzère

Les statistiques de l’énergie du bois en Suisse portent sur tous les chauffages fonctionnant avec du bois comme combustible et recensent leurs données de consommation. Depuis 2005, elles sont établies à l’aide d’un modèle régulièrement mis à jour, et en 2012 elles ont été harmonisées avec les dernières perspectives énergétiques de la Confédération. Cette année (2013), les données ont été recalculées rétroactivement pour permettre d’effectuer des évaluations jusqu’en 1990. Elles tiennent désormais compte des éléments suivants : séries de données actualisées provenant de la base de données des chauffages automatiques (> 50 kW); corrections concernant les relevés des chaufferies et moteurs aux déchets renouvelables. Les corrections ainsi apportées font apparaître pour 2011 une diminution de la consommation brute de bois de 0,6% ou de 0,2 PJoules* (ventes effectives d’énergie finale) par rapport au relevé de l’année précédente.

En 2012, le nombre d’installations de chauffage a baissé par rapport à l’année précédente avec quelque 10’000 installations de moins, ce qui correspond à un recul de 1,6%. Cette évolution est notamment due à la diminution du nombre de chauffages individuels et de chauffages d’immeubles, plus particulièrement de cheminées, de poêles, de cuisinières à bois, de chaudières à bûches (< 50 kW) et de chauffages centraux. A nouveau, les ventes de nouvelles chaudières à bûches (< 50 kW) et de cheminées fermées n’ont pas suffi à compenser les installations qui ont dû être remplacées, ce qui a conduit à une diminution du nombre d’unités. A l’heure actuelle, on compte quelque 620’000 installations, toutes catégories confondues, soit environ 10,6% de moins qu’en 1990.

En 2012, la puissance installée a baissé de 64 MW (-0,6%) par rapport à 2011. Cette diminution est surtout marquée pour les chauffages d’immeuble; les chauffages individuels affichent aussi une baisse, mais moins importante. La plus forte progression en valeur absolue, avec 109 MW de plus que l’année précédente, a été enregistrée par les chauffages automatiques d’une puissance supérieure à 50 kW. On note également une augmentation significative, de l’ordre de 8,4 MW, de la puissance installée des installations à déchets renouvelables. Globalement, la puissance installée des chauffages, toutes catégories confondues à l’exception des usines d’incinération des ordures ménagères (UIOM), est aujourd’hui inférieure de 16,3%, soit de 2 GW, à celle de 1990. Actuellement, la puissance installée de l’ensemble de ces installations atteint juste 10,5 GW.

Avec 3281 degrés-jours, l’année 2012 a été nettement plus chaude que la précédente (2938 degrés-jours). On a ainsi observé une hausse (+11,5%) des ventes effectives d’énergie finale (consommation brute de bois, UIOM comprises) par rapport aux besoins énergétiques finaux (+4,1%) avec correction climatique. Pour 2012, les ventes de bois effectives s’élèvent à 4,54 millions de m3 au total (UIOM comprises), ce qui correspond à des ventes d’énergie finale (consommation brute de bois) de 43,5 PJ ou respectivement de 4,14 millions de m3 (39,7 PJ), si l’on ne tient pas compte des UIOM.

En 2012, les ventes de bois avec correction climatique se sont élevées à 4,68 millions de m3 (44,9 PJ), ce qui correspond à une hausse de 13,2 PJ ou d’environ 41,8% par rapport à 1990. L’année dernière, les ventes de bois ont augmenté de 1,8 PJ (+4,1%). Si l’on exclut les UIOM, on obtient 4,29 millions de m3 (ou 41,2 PJ) avec correction climatique. Actuellement, l’origine de ce bois se répartit comme suit: 61% de bois de forêt, 20% de résidus de bois, 8% de granulés et 11% de bois de récupération.

En 2012, la production d’énergie utile à partir de bois, calculée avec correction climatique, était d’environ 29,2 PJ (UIOM comprises), soit une hausse de 11,2 PJ ou de 62% par rapport à 1990. La production d’énergie utile n’a augmenté que de 4,0% (+1,1 PJ) l’année dernière. Si l’on ne tient pas compte des UIOM, la production d’énergie utile calculée avec correction climatique est d’environ 27,5 PJ pour 2012.

La part de la production d’électricité par rapport à la production globale d’énergie utile demeure faible avec 1,47 PJ (5,1%). Une grande partie de la production de courant (env. 38,6%) continue de provenir de la combustion de bois de récupération dans les UIOM. En 2012, la production d’électricité augmenté par rapport à l’année précédente (+0,23 PJ ou +18,2%). Cette évolution peut notamment être ramenée à l’augmentation de la production d’électricité des installations de couplage chaleur-force au bois.

>> Télécharger le document complet en allemand

* : le PétaJoule (1015 Joules) = 23 884 TEP (Tonnes équivalent pétrole, laquelle  = 11,6 MWh).

Source : Office fédéral de l’énergie

Frédéric Douard