La compensation carbone forestière est une hérésie

La forêt dans le province de Sofala au Mozambique

Il y a dix ans, l’UE investissait plus d’1,5 million d’euros dans le projet carbone de N’hambita au Mozambique, un projet pilote censé démontrer comment les forêts peuvent être utilisées pour compenser les émissions industrielles. Aujourd’hui, deux ONG, FERN et les Amis de la Terre France, publient un rapport intitulé « Le carbone discrédité », qui explique pourquoi les projets de carbone forestier ne peuvent produire de bénéfices climatiques, environnementaux, sociaux ou même financiers. Les deux organisations demandent à l’UE et aux États membres de cesser de financer des projets de compensation carbone. Elles appellent également l’État de Californie, qui envisage d’accepter la compensation carbone forestière dans son marché carbone, à revoir sa position.

La compensation carbone est un mécanisme qui cherche à compenser les émissions de carbone générées au Nord par de prétendues réductions d’émissions au Sud. La compensation carbone forestière est particulièrement problématique dans la mesure où les réductions d’émissions sont censées être réalisées grâce à la plantation ou à la conservation d’arbres, alors que la communauté scientifique n’a de cesse d’affirmer que la quantité de carbone pouvant être stockée dans les arbres n’est en rien comparable avec le volume des émissions industrielles. Il faudrait ainsi dans la pratique planter et conserver des forêts gigantesques et ceci pendant tout le temps où l’on compense les émissions de carbone fossile … mais où donc trouver la place pour cela ? Par ailleurs, la mesure du carbone forestier soulevant de nombreuses et complexes difficultés, il est impossible de lier les projets de compensation carbone forestier à des réductions d’émissions mesurables et vérifiables.

Sylvain Angerand, des Amis de la Terre France : « Le rapport montre que la compensation carbone ne produit que peu de bénéfices pour le climat et ne fait que nous distraire de la nécessité de réduire nos émissions et notre consommation d’énergie. »

Le rapport « Le carbone discrédité » révèle également que le projet N’hambita est une catastrophe financière pour Envirotrade, la société qui gère le projet, les recettes générées par la vente des crédits carbone étant insuffisantes pour couvrir les coûts. Comme le rappelle Hannah Mowat, responsable de la campagne sur le climat de FERN : « La valeur des crédits carbone n’a jamais été aussi faible. Dans ces conditions, il sera impossible pour Envirotrade de récupérer son investissement. » Indra van Gisbergen, responsable de la campagne sur la gouvernance forestière de FERN, confirme : « La Commission européenne devrait éviter de gaspiller l’argent des contribuables en investissant dans des mécanismes de compensation. Elle ferait mieux de prendre des mesures pour améliorer la gouvernance forestière et protéger les droits fonciers des communautés afin que celles-ci puissent prendre le contrôle des forêts dont elles s’occupent et dont elles dépendent. »

Une récente étude menée par La Via Campesina Africa confirme les problèmes sociaux auxquels sont confrontés les paysans qui participent au projet N’hambita. Dans le cadre de ce projet, les villageois sont rémunérés pour planter des arbres et veiller sur eux. Cependant, les paiements cessent après sept ans, alors que les obligations perdurent pendant 99 ans. Le contrat comporte notamment la clause suivante : « Il est du devoir du paysan de veiller sur les plantations qui lui appartiennent même après les sept ans de validité du contrat. » La Via Campesina a également constaté de nombreux problèmes de communication entre l’entreprise et les paysans.

>> Pour en savoir plus, télécharger le rapport « Le carbone discrédité ».