Mantes-la-Jolie, la chaufferie bois fera baisser de 30% la facture de chauffage des abonnés du réseau du Val Fourré

Rokya El Mordi, directrice déléguée au patrimoine bâti et aux énergies de Mantes-la-Jolie

Mantes-la-Jolie, qui mène depuis 15 ans des opérations de réaménagement, intègre dans ses programmes des solutions environnementales. Dans le cadre d’une mission développement-durable, la ville a décidé de remplacer son système de chauffage au gaz en entamant la construction d’une chaufferie biomasse dans le quartier du Val Fourré et qui sera  opérationnelle fin 2013.

Via un réseau de chaleur de 14 km, la chaufferie couvrira les besoins (eau chaude et chauffage) de 5 500 logements ainsi que d’équipements publics à hauteur de 72 %. Par rapport au système gaz existant, la facture énergétique des abonnés devrait baisser d’environ 30 % et le bilan carbone annuel de la ville se trouver allégé de quelque 14 000 tonnes de CO2.

Les travaux ont été réalisés dans une logique d’approvisionnement local puisque le bois nécessaire à la chaufferie sera prélevé dans un rayon de 80 km. Bois Énergie France, dont Dalkia est actionnaire à 60 % sera garante de l’approvisionnement.

Les rejets dans l’atmosphère vont pouvoir être maîtrisés grâce à la mise en place d’un filtre à manches conçu pour séparer les poussières et permettra d’optimiser le bilan carbone de la ville. En outre, deux autres projets “développement durable” sont en cours au Val Fourré : un aménagement paysagé (bassin vert) et le traitement écologique d’une grande partie des eaux de pluie.

Ce projet (maître d’ouvrage : Somtec) fait partie des chaufferies biomasse retenues dans l’appel à projets lancé par l’ADEME en 2011.

>> Voir l’interview de Rokya El Mordi

Chiffres clés

  • Puissance de la chaufferie bois : 16 MW
  • 72 % des besoins en chaleur couverts,
  • 35 000 tonnes de bois utilisées par an (en majorité des plaquettes forestières),
  • une baisse de 30% de la facture énergétique,
  • une autonomie de 5 jours,
  • 14 km de réseau de chaleur, 80 sous-stations de distribution,
  • 5 500 logements chauffés
  • 35 à 39 emplois directs ou indirects créés pour l’approvisionnement,
  • coût global prévisionnel : 12 300 000 €, subventionné à hauteur de 14,6 % (Conseil régional et ADEME).

SourcesAgence régionale de l’environnement et des nouvelles énergies et site gouvernemental de la transition énergétique

1 réponse

  1. 3 juillet 2013

    […] chaufferie bois fera baisser de 30% la facture de chauffage des abonnés du réseau du Val Fourré Lire l’article (Bioenergie international – […]