Un centre germano-australien de recherche sur les bioénergies à partir de micro-algues

www.bulletins-electroniques.com

Les micro-algues peuvent être cultivées à la fois dans un système de tubes fermés, ainsi que dans des bassins ouverts, photo Université du Queensland

Beaucoup d’espace et de soleil : voici les conditions idéales offertes par l’Etat australien du Queensland pour une installation de recherche en bioénergie à partir de micro-algues. A ce projet pilote participent des chercheurs du Centre de biotechnologie (CeBiTec) de l’Université de Bielefeld (Rhénanie du nord-Westphalie) et de l’Institut technologique de Karlsruhe (KIT, Bade-Wurtemberg), en collaboration avec l’Institut de biosciences moléculaires de l’Université du Queensland. Le projet est financé à hauteur d’environ trois millions d’euros, pour moitié par le gouvernement du Queensland, et pour l’autre moitié par des entreprises australiennes et allemandes, comme Siemens. Le Premier Ministre australien Campbell Newman a inauguré l’installation, baptisée Centre de recherche sur les biocarburants solaires (Solar Biofuels Research Center), le 9 avril 2013.

Les micro-algues unicellulaires sont une matière première adéquate pour la production de biocarburant renouvelable. En effet, elles contiennent généralement une proportion exceptionnellement élevée d’huiles, utilisables pour la synthèse de carburant diesel et de kérosène. Cependant, pour que les algues puissent réellement arriver jusqu’au réservoir, le biocarburant formé doit aussi être économiquement attractif. En conséquence, et pour répondre à certaines questions allant du type d’algues le mieux qualifié pour cet usage aux conditions dans lesquelles elles croissent le mieux, l’équipe de recherche « biotechnologie des algues et bioénergie », dirigée par Olaf Kruse de la Faculté de biologie et du CeBiTec de l’Université de Bielefeld, travaille en collaboration avec des chercheurs de Brisbane, en Australie. Les scientifiques du KIT, quant à eux, développent des réacteurs appropriés pour la culture de micro-algues.

Après avoir réussi les tests de laboratoire, le projet entre maintenant dans sa deuxième phase : sur un site de test australien, les micro-algues vont être cultivées en plein air. Il n’existe d’installation comparable qu’à l’Université néerlandaise de Wageningen. « Il sera intéressant de comparer nos résultats et de voir les réactions des algues dans des conditions climatiques différentes, en Europe occidentale et dans la région subtropicale du Queensland. », a déclaré M. Kruse.

Durant la phase pilote de deux ans, les scientifiques testeront différents types de micro-algues. Le rôle des chercheurs de Bielefeld sera de sélectionner des espèces appropriées et de déterminer leurs composants grâce à l’équipement de haute technologie du CeBiTec. Dans leurs recherches, ils auront principalement recours à des bases de données existantes sur les algues. « Mais il y a encore des centaines de milliers d’espèces non découvertes », explique M. Kruse. « Nous recherchons également des algues situées dans la zone environnante. » Le choix d’une espèce pour un test de culture en Australie dépend entre autres de la rapidité de sa croissance et de sa teneur en huiles.

Professeur Olaf Kruse de l'Université de Bielefeld

Si la phase pilote est un succès, il sera possible de cultiver les espèces d’algues sélectionnées à grande échelle sur le site ; après la phase en laboratoire et la phase de test, la troisième phase s’intéressera à la mise sur le marché. La production industrielle de biocarburant, dans une éventuelle quatrième phase, dépendra des futurs résultats des recherches. On ne peut en effet toujours pas prédire quand l’achat de voitures fonctionnant avec des biocarburants à partir d’algues sera possible. « Je suis sûr, toutefois, que les micro-algues peuvent apporter une contribution significative à l’approvisionnement énergétique futur en tant que source alternative de biomasse », explique M. Kruse.

Plus d’informations :

Origine : BE Allemagne numéro 610 (22/04/2013) – ADIT – www.bulletins-electroniques.com