Rustique, la chaudière de jardin à bois :-)

Un lecteur du portail Bioénergie International vient de nous adresser une photo insolite : une chaudière de jardin improvisée fabriquée à partir d’un fût scié qui fait office de foyer (ou de barbecue). L’appareil de chauffage d’eau chaude est équipé d’une échangeur de récupération, ici un radiateur en tôle.

Si l’intention de convertir l’énergie du bois en eau chaude par l’interface d’un échangeur n’est pas dénuée de tout bon sens thermodynamique, les conditions élémentaires d’efficacité énergétique ne sont pourtant ici pas réunies. Une température de flamme bien trop froide ne permettant pas une combustion complète du bois va engendrer une surconsommation très sensible du bois et va polluer considérablement l’atmosphère en liquides et particules d’imbrûlés volatiles.

Chaudière d'extérieur à bois, www.rsiboilers.com

Nous rappelons à nos lecteurs qu’une utilisation inappropriée de l’énergie du bois peut nuire gravement à la santé et à l’environnement. Les appareils de combustion du bois ne dépassant pas une température de combustion de 650°C sont ainsi condamnés à polluer et donc à être remisés au musée de la filière.

Vérifiez en particulier que les foyers que vous choisissez soient garnis de matériaux réfractaires permettant une forte élévation de température, qu’ils soient fermés de manière la plus étanche possible à l’air, y compris pour les organes d’entrée d’air comburant et qu’ils disposent d’un dispositif de post-combustion.

Et pour ceux qui souhaiteront absolument produire de l’eau chaude au bois dans leur jardin, nous leur conseillons les multiples solutions performantes « outdoor » disponibles en Amérique du Nord.