La valorisation des cendres de bois en France

Article de Céline Bruyère, Veolia Environnement Recherche et Innovation, paru dans le Bioénergie International n°23 de février 2013

Echantillon de cendres de bois, Vénissieux, photo Dalkia

Dans un contexte de fort développement de la filière bois-énergie, la question de la valorisation et/ou de l’élimination des cendres devient un enjeu majeur. Ainsi Dalkia compte plus de 200 installations biomasse en exploitation en France, et au total près de 400 installations dans 16 pays en 2012. Cela représente une consommation de bois pour Dalkia de 3,75 Mt en 2012, dont 1,3 Mt consommées en France. Compte tenu des coûts d’élimination des cendres en installation de stockage des déchets et des propriétés physico-chimiques des cendres de bois, il apparaît nécessaire d’évaluer les voies de valorisation potentielles.

Les cendres de bois : définition

Le bois, composé essentiellement de matière organique, contient également une petite part de matières minérales (0,5 à 3 %) provenant du sol et assimilées par l’arbre durant sa croissance. Lors de la combustion du bois, la quasi-totalité de la matière organique est consumée. Par effet de concentration, les matières minérales constituent l’essentiel du résidu solide de combustion : les cendres de bois. Le bois contient en quantité notable des éléments qui composeront les cendres après combustion : il s’agit principalement de Ca (0,3 à 1,2%MS), Si (0,1 à 0,5%MS), K (0,1 à 0,2%MS), Mg (0,04 à 0,1%MS), Na, S, Cl (0,04 à 0,2%MS) ainsi que, dans des quantités bien moindres, des métaux lourds (ex : Zn, Pb – 0,0001 à 0,05%MS). Les teneurs en ces éléments (exprimées ici en % de matière sèche de combustible bois) sont très variables d’un combustible bois à l’autre (plaquettes forestières, copeaux de bois, sciures, écorces, granulés, déchets de scierie, etc.)…

… pour lire la suite, consultez le magazine Bioénergie International n°23 de février 2013.

1 réponse
  1. 7 février 2014

    […] La valorisation des cendres de bois en France […]