Coup de frein attendu pour la production pure d’électricité biomasse en Pologne

Centrale de Polaniec, photo Tractebel

Dans son dernier rapport sur la production européenne de biomasse-énergie solide en 2011, le consortium EurObserv’ER note une forte augmentation de la consommation de biomasse solide en Pologne. Celle-ci s’explique en grande partie par le développement récent de la cocombustion biomasse pour la production d’électricité dans ce pays. Le secteur de l’électricité y a consommé un million de tonnes supplémentaire de biomasse en 2011, dont 90 % utilisé dans les 51 centrales fonctionnant en cocombustion.

Le volume de biomasse valorisé dans des centrales en cocombustion a été multiplié par 3 entre 2006 et 2011 (de 1,7 million de tonnes à 5,2 millions de tonnes), dont une part significative a été importée. Cette forte croissance n’est cependant plus du goût du ministère de l’Économie qui considère que les subventions liées à la cocombustion pour la production d’électricité coûtent cher aux finances publiques et encouragent un usage non durable de la biomasse. Un coût qu’il estime à 480 PLN (120 euros) par MWh (certificat vert de 70 euros en sus du prix de l’électricité). Le gouvernement a ainsi présenté un nouveau projet de loi, actuellement débattu, qui réduit le soutien à la filière et favorise les petits systèmes décentralisés comme le photovoltaïque.

Un certain nombre d’opérateurs, comme GDF Suez, qui ont beaucoup investi dans la modernisation des chaudières de leurs centrales à charbon afin de permettre une utilisation plus importante de la biomasse dans leur mix énergétique, ont prévu de demander des compensations financières si la loi était adoptée en l’état. Des opérateurs locaux tels que PGE et ENEA ont également investi dans des infrastructures de cocombustion ces dernières années.

Pour en savoir plus, les baromètres bilingues (français/anglais) d’EurObserv’ER sont consultables et téléchargeables gratuitement au format PDF sur le site www.energies-renouvelables.org