Premier bilan du programme « 1000 chaufferies bois pour le milieu rural »

Janvier 2007, la Fédération nationale des communes forestières et l’ADEME signe un accord pour soutenir la création de 1000 nouvelles chaufferies bois, notamment dans le monde rural. Inscrit dans Plan climat, le programme est également soutenu par le ministère en charge de l’agriculture et de la forêt.

Malgré un titre évocateur, ni les élus des communes forestières ni les services de l’Etat n’ont souhaité une politique du chiffre à tout prix. Aussi et durant les trois premières années du programme, des outils techniques, juridiques et financiers ont été développés pour assurer la cohérence des opérations dans les territoires, garantir leur bon fonctionnement et leur approvisionnement dans une logique de circuit court.

Grâce au plan d’approvisionnement territorial (désormais plus connu sous l’acronyme « PAT ») commandé par 40 territoires et qui couvre plus de 3 millions d’hectares de forêt, les élus s’assurent de la disponibilité de la ressource locale. Avec les connaissances juridiques apportées par des cabinets spécialisés, ils disposent maintenant des outils pour planifier, construire et gérer ensemble des chaufferies bois, des réseaux de chaleur ou des plateformes de stockage de combustible bois.

Le programme « 1000 chaufferies » c’est aussi :

  • un réseau de techniciens qui s’est construit progressivement et qui accompagnent ces projets du début à la fin,
  • des fiches techniques ou de vulgarisation, des témoignages d’élus et de techniciens, rassemblé en 2011 sous la forme d’un kit de communication
  • un site internet dédié www.1000chaufferies.com qui assure la diffusion des informations au plus grand nombre

En 2012, sur les 12 régions prioritairement ciblées au départ 11 ont mis en place un dispositif spécifique. Les 550 chaufferies créées et optimisées dans le cadre du programme consomment 235 000 tonnes de bois chaque année. Avec 235 MW de puissance installée, ces installations évitent la consommation de 55 000 tonnes de pétrole par an et l’émission de 2 000 000 de tonnes de Co2 dans l’atmosphère sur leur durée de vie.

Malgré la diminution des aides de l’Etat destinées aux chaufferies des collectivités du monde rural, les résultats en-dessous des objectifs fixés en 2007 restent significatifs. A son échelle, le programme « 1000 chaufferies bois pour le milieu rural » a participé au développement des énergies renouvelables et à l’autonomie énergétique des territoires.

>> Voir les outils mis en place par le projet :