Guide pour choisir la qualité de son bois de chauffage

Bûches de chêne au séchage, photo Frédéric Douard

La qualité du chauffage et de la combustion dépendent beaucoup des caractéristiques du combustible. Que vous utilisiez des bûches, des granulés ou des plaquettes, sachez reconnaître les produits qui vous donneront satisfaction et stockez-les de façon à préserver leurs qualités.

Moins d’émission de CO2 avec le bois !
Lors de sa combustion, le bois ne fait que libérer dans l’air le dioxyde de carbone qu’il a absorbé durant sa croissance. Son impact est donc neutre sur l’effet de serre, sous réserve que l’équilibre entre le développement et le prélèvement sur la ressource globale soit respecté.
Selon les études de l’ADEME, en comptabilisant l’énergie consommée du « puits » à la chaleur produite, y compris les étapes de transport et raffinage, le chauffage au gaz, au fioul et à l’électricité émet respectivement 222, 480, et environ 180 kg de CO2 par MWh. Le chauffage au bois n’en émet que 40. Ainsi l’utilisation du bois permet de diviser les émissions de CO2 par 12 par rapport au fioul et par 6 par rapport au gaz.

Bois dur ou bois tendre ?
Les essences de bois sont classées en deux grandes familles selon leur densité :

  • les feuillus durs (chêne, hêtre, bouleau, frêne, châtaignier, charme, noyer, fruitiers, etc.) ;
  • les résineux et feuillus tendres (épicéa, sapin, pin, mélèze, peuplier, saule, etc.).

Les feuillus durs sont les plus appréciés pour le chauffage domestique (à l’exception du châtaignier qui éclate en brûlant). Leur combustion dure longtemps. Les feuillus tendres et les résineux prennent feu plus facilement et brûlent plus vite. Ils sont appréciés pour leur montée rapide en température. Ils conviennent bien pour allumer un feu dans un poêle ou une cheminée froide. Les résineux émettent plus de goudrons. Les bois tendres mal stockés se dégradent rapidement.

Achetez le bois de chauffage au volume
Le bois de chauffage est généralement vendu au volume et la principale unité de mesure est le mètre cube apparent bois (MAB). En France, longtemps, l’unité a été le stère.
Acheter le bois au poids est moins judicieux car le bois humide, non content de chauffer moins bien que le bois sec, est aussi beaucoup plus lourd !

Volume de bois apparent et longueur des bûches

Pas de bois humide !
La combustion de bois humide est déconseillée :

  • pour des raisons environnementales : la combustion d’un bois « vert » libère beaucoup de substances polluantes ;
  • pour des raisons économiques : un bois humide fournit environ deux fois moins d’énergie qu’un bois sec ;
  • pour des raisons pratiques : les appareils performants n’atteignent pas leur puissance nominale avec du bois humide. De plus, le matériel s’encrasse plus vite et risque de se détériorer.

Quel taux d’humidité ?

Le bon taux d’humidité : moins de 20 %.

Un bois sec et de qualité…

  • ne doit présenter ni champignons, ni moisissures, • ne montre pas de teinte verte sous l’écorce, qui doit se détacher facilement,
  • comporte des petites fissures qui irradient à partir du centre,
  • est léger,
  • résonne quand on cogne deux bûches l’une contre l’autre,
  • donne des flammes bleues quand il brûle.

Pour vérifier précisément le taux d’humidité de votre bois, vous pouvez utiliser un petit appareil d’usage simple, l’humidimètre (coût : de 30 à 60 €).

Pour bien sécher, sachez stocker
Le mieux, c’est à l’extérieur, sous un abri bûches bien ventilé ou sous une bâche respirante. Il faut en tout cas toujours maintenir une aération. Fendre le bois avant de le stocker améliore son séchage, et, plus tard, sa combustion.
Il est intéressant de disposer d’un volume de stockage suffisant pour se constituer un stock sur deux ans : ainsi, vous aurez toujours du bois sec à disposition.

Temps de séchage optimal pour obtenir un bois sec à 20 % d’humidité

Les bûchettes reconstituées ou briquettes ou bûches compactes

Types de briquettes domestiques, photo Frédéric Douard

Il existe également sur le marché des bûches de bois très denses et très sèches à haut pouvoir calorifique garanti. Elles aussi issues du compactage de sciures, copeaux, plaquettes ou écorces et se présentent sous la forme de bûches de 20 à 40 cm de long. Leur taux d’humidité est faible (4 à 10 %) et leur pouvoir calorifique comparable à celui des granulés. Elles sont faciles à stocker et propres à utiliser. Leur coût est supérieur au bois de chauffage brut.

Extrait du guide Ademe 2012 sur le chauffage domestique au bois en France >> Découvrir et télécharger ce guide