Sofiprotéol répond au plafonnement à 7% des biocarburants de 1ère génération en France

Sofiprotéol prend acte de la position du Gouvernement envisageant de plafonner à 7% le taux d’incorporation des biocarburants dits de première génération, ce qui risque de remettre en cause  l’objectif de 10% d’énergie renouvelable dans les transports en 2020. Pour atteindre cet objectif de 10%, Sofiprotéol demande un soutien accru des Pouvoirs publics pour le développement des biocarburants dits de 2e et 3e génération ainsi qu’au biokérosène destiné à l’aviation. 

Sofiprotéol a pris connaissance des déclarations de Stéphane Le Foll, Ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt,  réclamant « une pause dans le développement des biocarburants concurrents de l’alimentation ».

Sofiprotéol rappelle que 60% de la matière première agricole utilisée pour la production de biodiesel deviennent des protéines végétales, les tourteaux, indispensables à l’alimentation animale et aux éleveurs. Grâce aux biocarburants, l’auto-approvisionnement en protéines de la France est passé de 25% dans les années 2000 à 55% aujourd’hui.

Par ailleurs, Sofiprotéol s’interroge sur les moyens mis en œuvre pour atteindre l’objectif, fixé par l’Union européenne et adopté par la France, de porter à 10% la part des énergies renouvelables dans les transports d’ici 2020, les nouveaux biocarburants n’étant pas disponibles avant 2020 ou 2025.

Pour assurer cette disponibilité à partir de 2020, Sofiprotéol demande un soutien accru des Pouvoirs publics pour le développement des biocarburants dits de 2e et 3e génération ainsi qu’au biokérosène destiné à l’aviation, qui nécessitent de lourds programmes de recherche.

Le groupe se réjouit, néanmoins, de la volonté de Stéphane Le Foll de ne pas remettre « en cause les investissements et les emplois » de la filière.