La distribution du biogaz en réseau

Article publié dans le Bioénergie International n°19 de mai 2012

Village de Vognkjær au Danemark, photo Bioenergi Vest

Le développement des réseaux de biogaz se traduit par des expériences intéressantes chez nos voisins européens. Au Danemark, la région de Ringkøbing est un territoire de 59 000 habitants et d’une superficie de 1 500 km2. 100 000 ha sont dédiés aux cultures et on compte 1000 élevages bovins et porcins. Une cinquantaine de réseaux de chaleur sont répertoriés.

Des élus motivés
Dans le cadre de la dynamique des territoires en Europe, « énergie 2020 », les élus ont fait le choix d’aller vers un territoire 100% énergies renouvelables. Une première étape a consisté à identifier les ressources disponibles et les voies de valorisation possible. Après l’éolien, la biomasse s’est imposée comme une évidence compte tenu des ressources du territoire : lisiers, fumiers, cultures énergétiques (maïs, céréales, pomme de terre, taillis), paille, boues, fibres et biomasse aquatique. Pour identifier la ou les filières de valorisation une analyse poussée des avantages et des inconvénients a été réalisée. Chaque technologie a été évaluée au regard :

  • du type d’énergie produite (chaleur, électricité ou carburant),
  • du niveau de développement actuel de la filière,
  • du type de matière première disponible,
  • du rendement énergétique,
  • du type d’installation possible pour la valorisation centralisée (grosse taille) ou décentralisée (petite taille).

La méthanisation est apparue comme la technologie la plus pertinente pour le territoire. Ainsi le choix a été fait d’alimenter les chaufferies des réseaux de chaleur du territoire par du biogaz. Au Danemark la technologie de méthanisation est thermophile à 52 °C.

Une démarche participative
L’ensemble des acteurs économiques ont été mobilisés par les collectivités pour partager les résultats de l’étude mais aussi pour lancer la dynamique de territoire. En 2009, une équipe a été créée pour mettre en œuvre la politique et définir un modèle économique pertinent à l’échelle du territoire. Elle rassemblait des agriculteurs, des opérateurs de réseaux de chaleur, la collectivité, des industriels et des représentants de la filière biogaz. La démarche s’est traduite par la création d’une société de projet : Bioenergy Vest.

Des objectifs multiples

En dehors de l’objectif économique, il s’agissait de définir l’équilibre énergétique, en réduisant le transport des lisiers (95% d’eau) et en valorisant la chaleur issue de la cogénération (sinon perte de 60% d’énergie).

Un projet ambitieux
Le projet s’est donc traduit par la création d’un réseau de biogaz avec des unités de méthanisation décentralisées destinées à alimenter les réseaux de chaleur)…

pour lire la suite, consulter le Magazine Bioénergie International n°19 de mai 2012.