Biobaler : récolter du taillis ou du miscanthus directement en balles !

La biobaler récolte et compacte en un seul passage, photo Anderson

La Chambre d’agriculture de l’Oise s’est engagée, il y a 7 ans, aux côtés d’autres organisations agricoles dans un ensemble d’expérimentations et de vitrines de cultures de biomasse. Aujourd’hui, les itinéraires techniques des cultures de miscanthus, de panic érigé ou de taillis de saules sont bien connus. Une des contraintes de ces productions est celle de la récolte. En effet, la densité de ces cultures dédiées est souvent très faible (90 kg/m3 pour du miscanthus), ce qui engendre des coûts de manutention, de transport et de stockage importants.

La bioballe, photo Anderson

Le «Biobaler» : une réponse à la densification de la biomasse
Le 15 mars 2012, les Chambres d’agriculture de Seine-Maritime et de l’Oise ont permis l’organisation d’un ensemble de démonstrations d’un matériel mis au point par la Société Anderson (Québec) : le Biobaler. C’est ainsi que la parcelle de saules implantée en 2007 à Sacy-le-Grand a été récoltée. Spécificité de cette parcelle : son irrigation à partir des eaux de sortie de la station d’épuration de Sacy-le-Grand.
C’est un système de récolte simple : en un seul passage avec un seul opérateur, la biomasse est coupée et densifiée sous forme de balles rondes. Ces balles peuvent ensuite directement être expédiées vers l’usine ou stockées pour une utilisation future.

Efficace également en débroussaillage, photo Anderson

Des utilisations nombreuses et variées
Ce matériel spécifiquement dédié à la récolte de biomasse peut intervenir dans diverses occasions : récolte de taillis de saules ou de peupliers, exportation de taille de haies bocagères, valorisation de bois d’éclaircie ou toute autre culture de biomasse.
Le développement de cette technique de récolte passe par la mise en place de filières de valorisation de biomasse, par des entrepreneurs ou des Cuma de travaux agricoles ou forestiers équipés, et des lieux de stockage adaptés.

A suivre : l’évolution des balles de saule et la vitesse de reprise
Sur les balles ainsi récoltées, un suivi du taux de matière sèche va être réalisé durant 6 mois et les conditions et rapidité de reprise du taillis vont être mesurées. Cette vitrine a été mise en place grâce au concours financier du Conseil général de l’Oise, de l’Agence de l’eau Seine-Normandie, du Syndicat des eaux de Sacy-le-Grand, de la mairie de Sacy-le-Grand,de la Lyonnaise des Eaux et de la Chambre d’agriculture de l’Oise.

Contact Chambre d’agriculture de l’Oise : Denis Capronnier  – denis.capronnier@agri60.fr