Le Cap-Vert se lance dans la culture des micro-algues

Un article Green & Vert du 30 mars 2012

Le Gouvernement capverdien a annoncé le début de l’exploitation industrielle de micro-algues, destinées à l’exportation.

Le biologiste Tomy Melo a reçu avec bienveillance la décision de l’organe de tutelle. Il applaudit le pari du Cap-Vert autour d’une pratique qui est suivie « dans différents endroits du monde, avec de très bons résultats « . Mais le responsable de Biosfera, association écologiste siégeant à Mindelo, ne manque pas d’émettre une alerte. Melo espère que les espèces de micro-algues qui vont être exploitées existent déjà dans l’écosystème.

Si l’espèce est d’ici, il n’y aura pas de pollution génétique. Si c’est une espèce étrangère, il faudra prendre d’autres précautions afin d’éviter une pollution génétique qui pourrait provoquer un déséquilibre de l’écosystème.

L’université d’Algarve a lancé un partenariat avec le Gouvernement du Cap-Vert pour cultiver les micro-algues. Le secrétaire d’Etat aux Ressources Marines du Cap-Vert, Adalberto Vieira, a indiqué qu’en plus du béta carotène, d’autres micro-algues seront cultivées. Le pays a l’ambition de conquérir le marché mondial.

Nous voulons passer à la culture des micro-algues qui peuvent permettre l’extraction de béta-carotène, mais aussi profiter d’autres micro-algues qui pourraient éventuellement être cultivées au Cap-Vert, dans le cadre d’une stratégie d’exploration de tout ce que la mer peut nous offrir de façon durable.

Les unités de culture de micro-algues seront d’abord installées sur les îles de Santiago et São Vicente.

Source : Green & Vert le 30 mars 2012