Strasbourg accueillera-t’elle la seconde bioraffinerie UPM pour produire du biodiesel de bois ?

Site actuel de la papeterie de Kaukas, à côté de Lappeenrenta, et qui accueillera le premier projet, photo UPM Kymmene

UPM va investir, à Lappeenranta, capitale de Carélie du Sud au sud-est de la Finlande, dans une première bio-raffinerie qui produira du biodiesel à partir d’huile de tall brute (Tall oil en anglais ou tall öl en suédois). Une telle production n’avait jusque là était réalisée que par l’entreprise Sunpine à Piteå en Suède.

Cet investissement à l’échelle industrielle est le premier de ce type au monde.  La bio-raffinerie produira environ 100 000 tonnes par an d’un biodiesel de deuxième génération qui sera utilisé pour le transport. La construction va commencer à l’été 2012 sur le site d’UPM Kaukas et la bio-raffinerie sera achevée en 2014. L’investissement s’élèvera à environ 150 millions €.

”L’activité des biocarburants a un grand potentiel de développement. La qualité du produit fini et ses caractéristiques environnementales ont suscité un intérêt important parmi une large gamme de clients et l’investissement est rentable. Lappeenranta est la première étape d’UPM vers son objectif de devenir un producteur significatif de biocarburants de deuxième génération.  C’est également une part centrale dans la réalisation de notre stratégie Biofore”, déclare Jussi Pesonen, Président- Directeur Général d’UPM.

Le biodiesel de deuxième génération d’UPM, UPM BioVerno, est une innovation qui diminuera les émissions de gaz à effet de serre du transport jusqu’à 80% par rapport aux carburants fossiles. Les caractéristiques du produit correspondent à ceux des carburants traditionnels à base de pétrole et conviennent très bien aux véhicules et aux systèmes d’injection actuels.

”Notre bio-raffinerie à Lappeenranta est le premier investissement significatif dans une unité de production nouvelle et innovante en Finlande durant la période de transition actuelle de l’industrie forestière”, ajoute Jussi Pesonen.

La construction de la bio-raffinerie offrira du travail à près de 200 personnes pour environ deux ans. Quand la production démarrera, la bio-raffinerie emploiera directement près de 50 personnes et indirectement environ 150 personnes. UPM n’a pas sollicité de subvention publique à l’investissement pour ce projet.

Les objectifs européens à 2020 créent de la demande pour les biocarburants renouvelables

BioVerno, le biodiesel UPM à base de bois, photo UPM Kymmene

La demande pour les biocarburants devrait augmenter d’environ 7% par an dans l’Union Européenne. L’objectif de l’U.E. est d’augmenter à 10%  la part des biocarburants dans les carburants pour le transport d’ici 2020. En Finlande, l’objectif correspondant est encore plus ambitieux avec une augmentation de 20%. La production annuelle de la bio-raffinerie UPM contribue à environ un quart de l’objectif biocarburant de Finlande.

Les biocarburants UPM dépassent les exigences actuelles en matière de durabilité, et celles toujours plus fortes fixées par l’U.E ainsi que la Finlande.

La matière première principale de la bio-raffinerie par hydrotraitement d’UPM Lappeenranta est de l’huile de tall brute qui est un résidu de la production de pâte chimique, généré essentiellement au cours de la production de cellulose au sulfate à partir de feuillus. Une part significative de la matière première provient des propres usines de pâte d’UPM en Finlande.

L’approvisionnement en bois d’UPM est basé sur les principes de la gestion durable des forêts, de la chaîne de contrôle et de la certification forestière. En transformant l’huile de tall brute, UPM optimise le bois utilisé pour la production de pâte d’une manière plus efficace sans augmenter les coupes de bois. UPM n’utilise pas de matière première destinée à l’alimentation.

« Nous utilisons notre propre travail de développement et nos matières premières renouvelables à base de bois. Par conséquent, nous aurons un carburant pour le transport de haute qualité et compétitif, qui réduit vraiment les émissions et est adapté aux véhicules modernes, » indique Petri Kukkonen, Vice-Président Biocarburants d’UPM.

Second projet de bio-raffinerie à Strasbourg ou Rauma en Finlande ?

La décision de construire une bio-raffinerie à Lappeenranta ne remet pas en cause les autres projets de bio-raffinerie d’UPM. UPM a ainsi prévu de construire une autre bio-raffinerie soit à Rauma en Finlande ou sur son site UPM-Stracel à Strasbourg. Cette bio-raffinerie utiliserait du bois-énergie comme matière première et la technologie serait différente de celle mise en œuvre à la bio-raffinerie de Lappeenranta.

UPM évaluera son autre projet de bio-raffinerie après que l’U.E. ait rendu sa décision sur les subventions à l’investissement. L’U.E. devrait décider des subventions NER300 au second semestre 2012. Au-delà de l’aide à l’investissement, la décision d’investissement sera influencée de manière significative par les perspectives à long terme des prix et de la disponibilité du bois sur le marché.

Contacts :

Frédéric Douard, Bioénergie International