En 2012, le Nicaragua produira 40% de son électricité par les ressources renouvelables

Un article Green & Vert du 24 janvier 2012

Des vents favorables ont permis une production d'électricité record en janvier 2012 (51,4% en pointe) au Nicaragua, Photo ©Jonathan Scott Chinn

Nicaragua, un vent favorable sur les énergies vertes. Elles ont fourni 48% de la demande en électricité au cours de la dernière semaine. En exploitant à la fois l’énergie éolienne, hydroélectrique et géothermique, ainsi que la biomasse, le Nicaragua joue sur tous les tableaux.

Avec un pic à 51,4% lors de la journée du 17 janvier 2012, la production d’énergie renouvelable est au beau fixe, grâce notamment à des vents favorables, qui soufflent à vitesse constante à cette période de l’année. Les parcs éoliens ont tourné à plein régime, atteignant leur rendement maximal (63 mégawatts). Les centrales hydroélectriques, géothermiques et de biomasse ont, elles aussi, contribué aux chiffres records enregistrés cette semaine.

Le renouvelable couvre 40% de la production d’électricité

Le ministre de l’Énergie et des Mines, Emilio Rappaccioli, s’est félicité de ces excellents résultats lors du Salon international des énergies renouvelables Rio 2012 à Granada. Mais la production ne pourra pas se maintenir à ces niveaux tout au long de l’année:

Il arrive un moment où le vent diminue. Et les exploitations de canne à sucre [qui produisent l’essentiel de la biomasse utilisée dans les centrales] connaissent une baisse de leur productivité en juin et en juillet. La puissance actuelle d’électricité biomasse à partir de bagasse est de 26 MWé (Nicaragua Sugar). La production moyenne d’électricité renouvelable calculée pour 2012 est de l’ordre de 40 à 41%.

Deux barrages hydroélectriques doivent également entrer en phase de maintenance au cours de l’année 2012. Le ministre indique que l’agrandissement de la centrale géothermique de San Jacinto Tizate compensera les pertes engendrées. La production géothermique couvre près de 9% de la demande du pays, passant de 36 à plus de 40 mégawatts (MW).

Le pays continue d’investir dans le renouvelable

Grâce à ces investissements, le gouvernement espère notamment stabiliser les coûts de production électrique à des niveaux attractifs et diversifier au maximum son bouquet énergétique.

Le Nicaragua ne compte pas s’arrêter en si bon chemin et continue de miser sur les énergies renouvelables. Un nouveau parc éolien de 40 MW baptisé Blue Power Energy doit entrer en fonctionnement au mois de mai. Et la centrale de San Jacinto Tizate va entamer une deuxième phase d’expansion, pour produire 36 MW supplémentaires.

elnuevodiario.com.ni

Source : Green & Vert le 24 janvier 2012