Les nouveaux axes de recherche pour la biogaz allemand

http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/68826.htm

Le Ministère fédéral de l’environnement (BMU) a lancé, dans le cadre de l’Initiative nationale sur le climat, le programme « Financement de la recherche et du développement pour une optimisation de l’utilisation énergétique de la biomasse en respect du climat ». Cinq projets vont être financés dans cette perspective. Le centre de recherche allemand sur la biomasse (DBFZ) de Leipzig (Saxe) devient responsable du suivi scientifique des cinq nouveaux programmes et le porteur de projet Jülich, coordinateur technique et administratif.

Les nouveaux projets sélectionnés pour ce financement prioritaire mettent le développement de nouveaux substrats et de technologies innovantes au premier plan, afin de réduire les dépenses liées aux ressources et d’augmenter le rendement énergétique de la biomasse dans les usines. Les objectifs visés sont de réduire les émissions de gaz à effet de serre, accroître l’efficacité de traitement des biogaz dans les petites usines et élaborer de nouveaux concepts pour la production d’électricité à partir de biogaz. L’un des cinq nouveaux projets sera conduit par l’Université d’Hohenheim de Stuttgart (Bade-Wurtemberg) et portera sur l’utilisation de fumier de cheval en tant que résidu biogène.

Actuellement en Allemagne, près de 4,5 millions de tonnes de fumier de cheval sont produits par an. Cependant, il reste très peu utilisé à des fins énergétiques, n’étant pas encore agréé comme combustible. A travers ce projet, l’Université d’Hohenheim s’est fixée comme but l’élaboration d’un nouveau procédé efficace permettant la production de biogaz à partir de ce type de fumier. Les essais qui découleront de cette étude auront lieu à petite échelle dans les laboratoires et à plus grande sur le site de recherche spécialisé dans les biogaz de l’université. Cette installation prévue à cet effet sera le centre de traitement du fumier. Une évaluation technique, énergétique, écologique et économique sera également mise en place tout au long des expériences.

Les autres projets financés portent sur :

  • une utilisation plus efficace des résidus par le biais de capteurs de mesures multi-positions dans les usines de biogaz
  • l’amélioration du traitement du biométhane par ultrasons pour stimuler la désorption de CO2 à basse température
  • le contrôle et la gestion de la production d’électricité issue des usines
  • la réduction des émissions d’éléments traces.

Contact :
Centre de recherche allemand sur la biomasse (Deutsches Biomasse Forschungs Zentrum gGmbH – DBFZ), Torgauer Straße 116 – D 04347 Leipzig
Diana Pfeiffer, coordinatrice du projet, Tél.: +49 341 2434 554, courriel Diana.Pfeiffer(at)dbfz.de

Origine : BE Allemagne numéro 555 (18/01/2012) – Ambassade de France en Allemagne / ADIT – http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/68826.htm