Le Mené, territoire en quête d’autonomie énergétique et de développement

Article paru dans le Magazine Bioénergie International n°16- Novembre-Décembre 2011

Collinée, capitale de la Communauté de Communes du Mené, photo Frédéric Douard

Le Mené occupe un petit territoire d’anciennes landes granitiques, boisé sur ses flans, planté au beau milieu de la crête centrale de la Bretagne, sur la ligne de partage des eaux entre Manche et Océan. La terre y est difficile à cultiver, l’altitude y frôle souvent les 300 m et le climat y est plutôt rude l’hiver. Au fil des siècles, les habitants du Mené ont dû se battre contre les éléments, s’entraider, afin de tirer le meilleur de leur difficile territoire.

Le Mené, terre d'agriculture et d'industrie, photo Frédéric Douard

L’histoire de cette quête d’autonomie énergétique prend racines d’une part dans la nature tenace des habitants de ce territoire mais aussi dans la vision d’un homme, Paul Houée, prêtre et sociologue au CNRS puis à l’INRA, qui en 1965 a mobilisé toute la population autour de l’idée que le territoire des Landes du Mené, oublié depuis des siècles par les pouvoirs centraux, ne pouvait pas mourir de l’exode rural qu’il subissait depuis 50 ans. Durant des décennies il n’aura de cesse de renforcer l’âme de cette région et de bâtir une fierté. Le 12 août 1965, il créé le premier comité de Pays de France et invite la population à se prendre par la main : c’est selon ses propres termes le Printemps du Mené, et qui va durer jusque 1975 avec la conduite de nombreux projets visant en particulier à soutenir l’agriculture, mais aussi et surtout la culture locale.

Les années 1975 à 1979 verront pour la première fois une reconnaissance administrative nationale avec la mise en place d’un Plan d’Aménagement Rural. Les idées sur l’énergie commencent à germer dans les années 1980-82 lors du second choc pétrolier, en particulier avec la question des lisiers qui commence à se poser et on parle alors pour la première fois de méthanisation.
En 1992, la loi Joxe créé les Communautés de Communes pour les zones rurales et le Mené se coupe en deux : la Communauté du Hardouinais Mené, 9 communes autour de la petite ville de Merdrignac au sud, et la Communauté du Mené, autour de Collinée au Nord et qui rassemble 6 500 habitants sur 7 communes. C’est principalement sur cette seconde Communauté que le projet énergétique va poursuivre son chemin…

…. pour lire la suite, consulter le Magazine Bioénergie International n°16- Novembre-Décembre 2011.

>> Voir les autres articles sur le Mené :

1 réponse
  1. 7 février 2014

    […] Le Mené, territoire en quête d’autonomie énergétique […]