La biomasse pour sécuriser l’approvisionement énergétique de la Slovaquie

http://www.bulletins-electroniques.com/rapports/smm11_033.htm

Chaufferie biomasse de 1,9 MW à Vráble, exploitée par Dalkia, photo TASR

La Slovaquie, pays sans accès à la mer, est fortement dépendante en matière d’énergie. Elle en a éprouvé directement les conséquences lors de la crise du gaz en janvier 2009. Depuis, sécuriser les approvisionnements apparaît comme une priorité de la politique énergétique nationale. Dans ce contexte, les énergies renouvelables présentent les avantages de diminuer la dépendance énergétique et de diversifier les sources d’approvisionnement. Délaissé dans un premier temps, le développement des énergies renouvelables est maintenant clairement intégré dans la stratégie énergétique slovaque, notamment sous l’impulsion de la politique énergétique volontariste de l’Union Européenne.

Jusqu’à présent, l’énergie tirée de la biomasse est restée très largement sous-exploitée en Slovaquie. Avec pourtant 46% de la surface du pays occupé par la forêt, 28% par des terres cultivées et 19% par des prairies, l’énergie tirée de la biomasse représente seulement 2% de la consommation totale  d’énergie avec 400 000 tep (Tonnes équivalent pétrole). Ce retard important est en passe d’être comblé. Le développement de la biomasse est en effet la priorité du plan national d’action pour les EnR (MHSR 2010) et fait en plus l’objet d’un plan de déploiement particulier sur la période 2008-2013.

En 2005, la biomasse représentait seulement 0,1% de la consommation finale brute d’électricité, 5,8% de la consommation finale brute de chaleur et une part nulle dans la consommation finale brute dans les transports.

Le plan 2010 prévoit une feuille de route avec la production de chaleur de 600 000 tep en 2010 puis de 900 000 tep en 2015 et la production d’électricité de 410 GWh en 2010 puis de 650 GWh en 2015 (en 2005, la production de chaleur et d’électricité représentaient respectivement 360 000 tep et 33 kWh). Il planifie la création d’équipement de production de produits issus de la biomasse (copeaux, granulés, briquettes, biogaz etc.) afin d’alimenter le marché, la construction d’au moins 30 centrales de production de chaleur fonctionnant à la biomasse solide (d’une puissance de  300kW), et la construction de 10 centrales électriques par an fonctionnant au biogaz (avec une puissance installée moyenne de 750kW). Enfin, le plan évoque brièvement le développement futur de la cogénération et la nécessité de répondre à la demande croissante en biomasse de ces usines.

Le plan a commencé à porter ses fruits puisqu’entre 2007 et 2008, la production de biomasse est passée de 569 000 tep à 838 000 Tep (Eurostat), soit 47% d’augmentation. Plusieurs grands projets de chauffage urbain illustrent le développement de cette source d’énergie. Les sociétés DALKIA, STEFE, COFELY (GDF Suez), et ZSE (E.On) sont les principaux investisseurs dans ce domaine. A titre d’exemple, on peut citer la mise en service en 2009 de la première chaufferie fonctionnant à la biomasse à Kosice et plusieurs installations d’E.On sur les communes de Cetina, Horovce, Hontianske Ladzany et Moravce qui ont permis de produire en un an 32.000 MWh d’électricité, soit la consommation de 16 000 ménages.

Extrait du rapport de l’ambassade de France en Slovaquie publié le 1 octobre 2011 – 46 pages

>> Télécharger le rapport complet : Les énergies renouvelables en Slovaquie et les objectifs 2020 – Développement des différentes filières

>> Voir aussi :

Origine : Ambassade de France en Slovaquie / ADIT – http://www.bulletins-electroniques.com/rapports/smm11_033.htm

Frédéric Douard, Bioénergie International