Campagne « Notre bois, notre fierté »

C’était le 31 octobre dernier à Berne en Suisse, le lancement de la nouvelle campagne de l’Office fédéral de l’environnement «Notre bois, notre fierté». Par cette opération, la Confédération veut inciter à une utilisation systématique et durable du bois et renforcer son acceptation par le public.

Chaque année, la quantité de bois qui pousse dans les forêts suisses est supérieure à celle qui y est récoltée. De plus, les forêts sont exploitées dans le respect de la nature. Il est donc possible d’accroître l’exploitation de la matière première bois. C’est ce que l’Office fédéral de l’environnement (OFEV) veut promouvoir, tout en sensibilisant la population à cette thématique.

Le plan d’action bois constitue le cadre dans lequel est lancée la campagne nationale, qui s’appuiera sur des spots télévisés, des affiches et une page Facebook. L’objectif de cette action est d’améliorer l’acceptation par le public de l’exploitation du bois. L’OFEV gère l’opération en accord avec ses partenaires du secteur bois et forêt.

Les premiers spots télévisés, qui sont diffusés dès le 31 octobre 2011 dans les trois langues officielles, sont déjà en avant-première sur Facebook. Ils sont également visibles au cinéma. Une campagne d’affichage suivra en février 2012 qui se concentrera sur l’utilisation du bois et ses avantages collatéraux. Alors que démarre la nouvelle saison de récolte du bois, le plan d’action bois met à disposition des panneaux d’information résistant aux intempéries, des dépliants, ou encore des chablons avec lesquels marquer les arbres et les grumes.

Les coupes de bois échauffent les esprits

La campagne tient son origine dans la hausse prévue de la demande en bois due au tournant pris dans le domaine de l’énergie et aux nouvelles tendances dans la construction (société à 2000 watts, constructions respectueuses du climat). Et lorsque la quantité de bois récolté augmente, le potentiel de conflits sur les lieux de coupe suit la même courbe. Ce d’autant plus qu’en hiver aussi, la forêt est très visitée puisqu’un tiers de la population déclare s’y rendre au moins une fois par semaine.

La campagne met en avant le lien entre la forêt et l’utilisation du bois. Même si tant la forêt que les principaux exemples d’utilisation du bois sont connotés positivement, le public réagit généralement avec inquiétude et incompréhension à une coupe de bois parce qu’il associe cette dernière au défrichement des forêts tropicales, à la surexploitation et aux déprédations.

L’exploitation se limite à la quantité qui repousse

Pourtant, la loi suisse sur les forêts ne permet aux exploitations forestières que de récolter au maximum la quantité de bois qui repousse. Par ailleurs, l’économie forestière suisse exploite depuis longtemps la forêt dans le respect de la nature et ne procède à aucun défrichement, attitude régulièrement louée au niveau international. Pour toutes ces raisons, la campagne s’intitule «Notre bois, notre fierté».

La campagne fait en outre état des autres aspects utilitaires de l’économie forestière et du bois, comme la protection du climat. En effet, la forêt suisse stocke davantage de CO2 qu’elle n’en émet. Le bois récolté et utilisé dans la construction, par exemple, a deux effets positifs sur le climat: tout d’abord, le CO2 est conservé pendant des décennies dans les éléments de construction; ensuite les arbres récoltés font de la place aux jeunes peuplements qui, à leur tour, remplissent leur fonction de puits de carbone.

Une initiative à saluer, pour ne pas tout mélanger, alors que tant de concitoyens européens ne comprennent pas l’utilité et la nécessité de couper du bois, de manière raisonnée, pour que nos pratiques de construction et de chauffage soient plus écologiques !!

>> Découvrir le site de la campagne

Frédéric Douard, Bioénergie International