A Limay, les huiles végétales usagées sont valorisées en biodiesel

Stockage de biodiesel à Limay chez SARP Industries

SARP Industries, filiale de Véolia Propreté, entreprise basée à Limay dans les Yvelines en région parisienne, transforme actuellement chaque année 45000 tonnes d’huiles alimentaires usagées en biodiesel. La capacité de l’usine est de 60 000 tonnes par an. Le bilan écologique de ce biodiesel figure parmi les meilleurs étant donné que la matière n’a à l’origine pas été produite expressément pour cela.

Le rejet des huiles alimentaires dans les réseaux d’assainissement perturbe leur fonctionnement (colmatage, dégradation) et diminue la capacité de traitement des stations d’épuration. Depuis 2002, la mise en décharge des huiles est interdite en France. Véolia a mis en place Ecogras, une filière complète de collecte des huiles usagées qui couvre l’ensemble du territoire français. Depuis 2003, plus de 20 0000 restaurateurs, industriels ou particuliers utilisent aujourd’hui Ecogras plutôt que de rejeter leurs huiles usagées dans les réseaux d’évacuation d’eaux usées.
Ecogras assure un service de ramassage régulier et garantie la traçabilité tout au long de la chaîne depuis la collecte jusqu’au recyclage. Les huiles usagées sont transférées depuis 2009 sur le site de Limay où elles sont filtrées et traitées pour être transformées en biodiesel.

Chargement de biodiesel sur le port de Limay

Ce carburant est alors transporté par voie fluviale avant d’être incorporé dans des proportions variables allant de 5 % dans les véhicules classiques à 30 % pour les flottes captives de collectivités locales ou d’entreprises, poids-lourds, bus ou véhicules légers. En l’occurrence, il est principalement utilisé pour alimenter la flotte de véhicules utilisés par Veolia Propreté et Veolia Transport. Le 2 février 2011 a eu lieu le premier chargement fluvial de 150 tonnes d’ester méthylique d’huile usagée (EMHU) réalisé sur le Port de Limay (Photo).

En limitant les rejets d’huiles usagées dans les réseaux d’égouts, la filière biodiesel limite la pollution des eaux, allège les coûts d’entretien de ces réseaux et renforce les capacités de traitement des stations d’épuration.

Notons enfin que pour les besoins de son fonctionnement, l’unité d’estérification de Limay est alimentée sur le plan énergétique par le centre de traitement et de valorisation des déchets dangereux de SARP Industries, située à proximité. L’ensemble de ces investissements de production s’est élevé à environ 22 millions € et une vingtaine d’emplois ont pu être créés.

Frédéric Douard, Bioénergie International

Sources : Veolia Propreté, Ville de Limay