La bioraffinerie, futur moteur économique de l’industrie papetière canadienne

Marzouk Benali

Marzouk Benali, doctoratant en génie des procédés industriels de l’Université de Technologie de Compiègne en France, est aujourd’hui chercheur au sein du groupe industrie de CanmetÉNERGIE au centre de recherche de Varennes au Québec. Il travaille dans le domaine du bio-raffinage agricole et forestier.

L’objectif principal de ce projet est de développer le concept de bioraffinerie forestière verte totalement intégrée et d’en établir la faisabilité technique et sa viabilité économique.

De plus, ce projet consiste à élaborer, valider et démontrer les techniques et les outils nécessaires à la mise en œuvre rapide du bioraffinage forestier dans les usines de pâtes et papiers.

En tant que chef de projet, il assure la coordination de toutes les activités scientifiques ainsi que la gestion du partenariat comprenant des universités canadiennes et étrangères ainsi que l’industrie canadienne des pâtes et papiers. Comme chef de projet, il agit aussi comme acteur dans la réalisation de certains volets scientifiques du projet.

L’intégration du bioraffinage aux usines existantes de pâtes et papiers est certes une approche attrayante. Toutefois, pour être économiquement viables, les installations intégrées de bioraffinage doivent être au premier rang de l’efficacité énergétique. Les travaux de recherche clés devront principalement s’orienter vers le développement de stratégies d’implantation optimale d’unités de bioraffinage dans des usines Kraft fondées sur des cas réels. Finalement, en utilisant la biomasse provenant des arbres et des résidus des récoltes agricoles annuelles, la bioraffinerie forestière est la solution devenue une réalité et sera le moteur économique de l’industrie des pâtes et papiers.

Contact courriel : marzouk.benali-at-rncan.gc.ca

>> Présentation en vidéo

Source : CanmetÉNERGIE