La Compagnie nationale du Rhône valorise les bois flottants

Récupération de bois flottant, photo www.cuepe.ch

Depuis plusieurs années, la Compagnie Nationale du Rhône qui a  en gestion les barrages hydrauliques du Rhône, cherche à valoriser les milliers de tonnes de bois que charrie le fleuve chaque année et qui gênent l’exploitation des ouvrages. En septembre dernier de fortes pluies ont focalisé une fois de plus l’attention sur ce phénomène irrégulier et fortement dépendant des intempéries.

En septembre 2010, la CNR a donc eu fort à faire pour évacuer les bois flottants accumulés à proximité des centrales hydrauliques de Sauveterre et Avignon (Vaucluse) pour assurer à la fois la sûreté de ses aménagements, et la sécurité de la voie navigable.
Les importantes pluies cévenoles survenues après une longue période de sécheresse avaient provoqué la crue de certains affluents du Rhône. Après avoir atteint un débit de près de 4000 m3/ seconde, le Rhône est retombé très rapidement à un débit proche de 500 m3/ seconde. Ces variations avaient alors entrainé le déplacement d’importantes quantités de bois sur le fleuve.

Pour enlever ces volumes conséquents de bois apportés par tous les affluents cévenols du Rhône, à hauteur des usines de Sauveterre et d’Avignon, la CNR a dû mobilisé des moyens mécaniques et humains importants. Le personnel de l’aménagement d’Avignon-Sauveterre s’est employé durant plusieurs jours à extraire le bois devant les grilles d’entrée d’eau des groupes de production et l’évacuateur de corps flottants de l’usine d’Avignon prévu à cet effet a été ouvert. Parallèlement, des moyens supplémentaires ont été mis en place par la Direction Régionale de la CNR : une entreprise spécialisée a ainsi assuré de nombreuses rotations de camions d’une capacité de chargement de 50 m3; chacun pour évacuer les détritus.

Dans le cadre de ses Missions d’Intérêt Général, la CNR a mis en place depuis 2006 sur certains de ses aménagements, un projet de gestion des bois flottants qui a pour but de récupérer et de valoriser l’ensemble des matériaux à l’aval de ses aménagements hydroélectriques. Le processus est toujours le même : une grue extrait, en cas d’accumulation, les objets flottants accumulés à l’amont de la centrale. Ils sont ensuite triés et séparés en objets valorisables et en déchets.

Les bois sont stockés dans une zone de dépôt pour être séchés. Puis l’ensemble des bois et des déchets valorisables rejoignent les différentes filières de valorisation : broyage, compostage, chaufferie, panneau de particules etc…Autant d’actions qui s’inscrivent dans la démarche volontaire de développement durable de l’entreprise.

>> Voir la vidéo sur la valorisation des bois flottants à Génissiat.

https://www.youtube.com/watch?v=I0d_RXqbIcc

A propos de la CNR : Créée en 1933, la Compagnie Nationale du Rhône a reçu de l’État en 1934 la concession du fleuve pour l’aménager et l’exploiter selon trois missions financièrement solidaires : la production d’hydroélectricité, l’amélioration de la navigation, l’irrigation et autres usages agricoles.

Frédéric Douard, Bioénergie International