Biodéchets, la Colombie britannique passe du compost au biogaz

Le compostage est une méthode de recyclage de plus en plus répandue au sein des municipalités. Sa pratique quotidienne permet de réduire du tiers la quantité de résidus que nous produisons dans nos maisons. Non seulement le compostage est écologique, mais il représente également un potentiel incroyable de production d’énergie renouvelable.

Fraser Richmond Soil and Fibre, Ltd. (FRSF), grâce au soutien financier de Ressources naturelles Canada (RNCan), veut relever ce défi en mettant au point le premier système Canadien à grande efficacité énergétique pour produire de l’énergie renouvelable à partir de restes d’aliments et de résidus de jardins. Ce projet d’énergie propre, récemment lancé en Colombie-Britannique, vise à extraire de l’énergie sous forme d’électricité et de chaleur provenant de déchets organiques, qui se retrouveraient autrement dans les sites d’enfouissement.

Des déchets organiques transformés en énergie

Les fondations des nouvelles installations du système de digestion anaérobie des matières solides de Fraser Richmond Soil & Fibre, Ltd., à Richmond, en C.-B.

L'usine en chantier à Richmond

Il peut être étrange de penser que des déchets de cuisine et des résidus puissent parvenir à chauffer nos maisons. C’est grâce à une technologie novatrice de digestion anaérobie des matières solides (DAMS) que tout cela est possible. La digestion anaérobie est un procédé de fermentation de matières organiques (fumier, boues d’épuration, effluents industriels, résidus forestiers et agricoles) qui permet de produire du biogaz dans un milieu dépourvu d’oxygène. Le biogaz obtenu avec les systèmes de digestion anaérobie est composé principalement de méthane pouvant être utilisé comme combustible.

Dans le cas de ce projet, le méthane produit serait utilisé pour générer de l’électricité pour la ville de Vancouver. « C’est une belle occasion pour le gouvernement fédéral de participer au premier projet de production d’électricité à partir de résidus urbains au Canada. Le projet est conçu de manière à pouvoir être reproduit partout au Canada. Des projets de ce genre aideront le Canada à atteindre ses objectifs de réduction des gaz à effet de serre tout en réduisant le volume de déchets destinés aux sites d’enfouissement » de dire Laura Martin, analyste en science et technologie du Bureau de recherche et de développement énergétiques (BRDE) de RNCan.

Pourquoi réaliser cette démonstration en C.-B.?

FRSF s’avère être le plus important producteur de compost en Colombie-Britannique et exploite la plus vaste installation de compostage autorisé en Amérique du Nord. À l’heure actuelle, plus 150 000 tonnes de déchets de cuisine et de résidus de jardin sont déjà transformés chaque année chez FRSF. Ceux-ci proviennent des municipalités de la région et sont détournés de sites d’enfouissement par Metro Vancouver (en anglais seulement), une organisation qui fournit aux municipalités de Vancouver plusieurs services tels que la gestion de l’eau potable, des égouts et des déchets solides. En outre, la réalisation de ce projet d’énergie propre permettrait à la ville de Vancouver de relever son Défi zéro déchet (Zero Waste Challenge) lancé en 2007 et qui consiste à rediriger 70% des déchets de la région destinés aux sites d’enfouissement d’ici 2015.

Un projet bénéfique pour le Canada

La démonstration de ce projet est exceptionnelle puisqu’elle incite d’une part les citoyens à composter davantage en plus de permettre aux experts d’avancer leurs recherches en matière d’énergie renouvelable.

Suite à cette expérience, FRSF pourra partager ses connaissances avec ses pairs et partenaires. Ainsi, les installations de démonstration de la technologie de digestion anaérobie favoriseront un futur déploiement de cette technologie dans d’autres régions canadiennes et ailleurs en Amérique du Nord. Plusieurs emplois pourraient être créés et une baisse marquée de l’utilisation de carburants fossiles serait envisageable.

Source: Ressources Naturelles Canada