La biomasse, véritable alternative aux énergies fossiles

Éditorial du Magazine Bioénergie International n°14 – Mai 2011

En ces heures de débat sur les choix énergétiques, les opérateurs des différentes filières jouent des coudes et de communication pour garder le haut du pavé : pour y voir clair dans cette cacophonie, regardons les chiffres.

La filière nucléaire, fortement malmenée par les questions de sécurité depuis l’accident de Fukushima, ne représente que 3% de l’approvisionnement énergétique mondial(1) et aura désormais beaucoup de mal à s’y maintenir. Les filières carbonées, même si elles subissent les critiques environnementales, même si leur rareté relative les rend un peu plus chères, resteront pour très longtemps encore un pilier de l’approvisionnement énergétique mondial. Alors quelle véritable place pour les énergies renouvelables ?

En matière de solaire et d’éolien, la critique est principalement axée sur leur caractère intermittent et difficilement stockable. Et c’est un fait, tant que nous n’aurons pas trouvé de moyen efficace et abordable de stocker ces flux d’énergie, leur part restera faible.

Concernant les énergies renouvelables « terriennes », géothermie, hydraulique et surtout biomasse, les critiques portent quant à elles sur leur emprise au sol et sur la compétition qu’elles peuvent engendrer avec l’alimentation humaine ou avec les milieux naturels. Il convient d’entendre ces critiques est de travailler comme nous le faisons depuis des décennies pour que la biomasse soit utilisée le plus efficacement possible afin d’en limiter le recours aux productions durables. Fort de cette mise en garde, la biomasse, qui représente actuellement 18% de l’approvisionnement énergétique mondial(1), pourrait constituer dans quelques décennies la principale alternative aux énergies minières fossiles, par le simple fait que c’est une énergie à la fois renouvelable et facilement stockable. Et en suivant les objectifs difficilement évitables à terme de la réduction massive des consommations, le fameux facteur de réduction par 4, la consommation des énergies fossiles devrait se retrouver par le jeu de l’efficacité à consommation égale avec la biomasse : les 79% de consommation actuelle mondiale(1) divisés par 4, rejoignant environ la part actuelle de la biomasse.

Ce scénario, qui n’est bien sûr pas pour demain, n’est cependant pas non plus une vue de l’esprit non plus et constitue d’ores et déjà un très bel objectif pour après demain. Qui eu cru en effet, il y a encore quelques années, que la biomasse supplanterait le fioul domestique en Europe ? Peu de personnes, pourtant c’est le cas depuis 2007, et selon les derniers chiffres disponibles, la consommation de biomasse primaire en 2008 était de plus de 88(2) Mtep*, contre moins de 80(3) Mtep*, pour le fioul domestique …. le Monde bouge, je vous souhaite un bonne lecture de notre numéro 14 de Bioénergie International !

Frédéric Douard, rédacteur en chef

* : TEP = tonne équivalent pétrole

Sources :

  1. “Erneuerbare Energien in Zahlen – nationale und internationale Entwicklung“, BMU – Bundesumweltministerium 2009.
  2. Euroberv’Er 2009
  3. UFIP, Union française des industries pétrolières

Le magazine Bioénergie International est disponible :

1 réponse
  1. 7 février 2014

    […] La biomasse, véritable alternative aux énergies fossiles […]