La chine veut accroitre sa production d’alcool de manioc

Plantation de manioc, photo Frédéric Douard

Le manioc avec des récoltes mondiales de 241 millions de tonnes en 2009 (FAO) est le deuxième tubercule le plus cultivé après la pomme de terre. Le Nigeria, la Thaïlande, le Brésil, l’Indonésie, la RDC en sont les grands producteurs mondiaux. La Chine avec 4,5 millions de tonnes produites en 2009 ne se classait qu’au treizième rang des pays producteurs selon la FAO, mais il semblerait selon d’autres sources que ces volumes se soient fortement accrus en 2010 (près de 12 millions de tonnes?) et qu’ils soient également complétés pour les utilisations chinoises, par des importations en provenance de Thaïlande (4,5 millions de tonnes).

Il est à noter une particularité sur la destination du manioc chinois: l’utilisation des céréales telles que le maïs, pour alimenter de nouvelles unités de production de bioéthanol ayant été interdite depuis 2007, les industriels chinois se sont tournés vers le manioc, riche en amidon, comme matière première de base de production de bioéthanol.

L’objectif actuel de la Chine qui en 2010 a produit 2 millions de tonnes d’alcool (44 mille barils/jour) serait de porter sa production à 10 millions de tonnes d’alcool en 2020 (220 kbl/jour) ce qui lui permettrait de généraliser une essence à 5 ou 6% d’éthanol à cette date. Nul doute que cet objectif sera revu à la hausse pour au moins atteindre les 10% du mélange E10 ou plus pour le E15….

…. Lire la suite sur le Blog des Energies Nouvelles