Plus de biodiversité pour la pérennité des forêts européennes

La forêt européenne représente la plus importante source d’énergie renouvelable actuellement utilisée sur le continent et restera toujours la première source d’énergie renouvelable stockable. Ceci est un argument de plus pour anticiper et combattre les risques à venir sur ce patrimoine soumis de plus en plus à l’assaut du changement climatique et aux changements en termes d’utilisation des sols, dont les incendies, les vents et la sécheresse.

L’une des inquiétudes qui pèsent dans l’esprit de nombreux Européens est de comment pouvoir déterminer quels arbres s’adaptent le mieux au changement climatique. Le projet MOTIVE («Models for adaptive forest management») étudie l’impact de l’intensification de la compétition par rapport aux ressources forestières en raison des changements au niveau du climat et de l’utilisation des sols. Le projet est soutenu au titre du thème «Environnement» du septième programme-cadre (7e PC) à hauteur de presque 7 millions d’euros.

Coordonné par l’institut de recherche forestière de Bade-Wurtemberg (FVA), en Allemagne, MOTIVE examine l’impact de ces changements sur les biens et services forestiers. Les partenaires du projet mettent en évidence les incertitudes et les risques et comment ils peuvent être utilisés pour renforcer les outils d’aide à la décision. De nombreuses options de gestion sont mises à l’essai, dont des régimes, des longueurs de rotation et des compositions d’espèces dans dix régions soumises à des études de cas, pour encourager les propriétaires forestiers à rechercher des options de gestion adaptatives.

Selon le consortium, les régions étudiées reflètent la diversité et les diverses fonctions des forêts européennes et les risques qui pourraient compromettre leur avenir. Les régions évaluées sont les suivantes: la Carélie du Nord (Finlande); le Kronoberg (Suède); le Pays de Galles (Royaume-Uni); le Sud-est de la Veluwe (Pays-Bas); la Forêt-Noire (Allemagne); la vallée du Montafon (Autriche); la sierra de Prades (Espagne); la région de Chamusca (Portugal); Panagyurishte (Bulgarie); et les Carpates (Roumanie);

Les partenaires utiliseront les résultats du projet pour créer une base de données et offrir des outils aux propriétaires forestiers dans le but de les aider à comprendre comment leurs décisions affectent l’avenir en fonction des stratégies de gestion qu’ils choisissent. Les méthodes avancées pour la gestion forestière adaptative, les recommandations pour une gestion forestière adaptative dans les régions soumises à des études de cas et les recommandations pour une gestion forestière adaptative en Europe font partie des résultats auxquels s’attendent les partenaires.

MOTIVE entend également renseigner sur les tendances de croissance et de productivité récemment observées en Europe pour prévoir les changements de productivité et d’espèces, et pour résumer les risques découlant du réchauffement climatique. Les informations sur les opinions des parties prenantes sur la meilleure façon de gérer les impacts attendus et l’incertitude seront également disponibles, expliquent les chercheurs.

Les partenaires du projet expliquent que la diversité des forêts européennes repose sur les différences en termes de l’histoire des sols, du climat et de la gestion. Par contre, les similitudes sont que les forêts sont gérées activement et que la gestion requiert de déterminer la composition des espèces, la structure ainsi que le développement futur.

Ces dernières années, un intérêt accru sur la biodiversité a généré l’émergence d’une gestion forestière orientée sur la nature, contre les systèmes monospécifiques de production de bois d’antan.

Le consortium comprends des experts de Bulgarie, de République tchèque, du Danemark, d’Allemagne, d’Espagne, de France, des Pays-Bas, d’Autriche, du Portugal, de Roumanie, de Finlande, de Suède, de Suisse et du Royaume-Uni, ainsi que de l’Institut européen des forêts.

Pour de plus amples informations, consulter :