Des biocarburants à base de biomasses terrestres d’eau salée ?

Campus de l'institut Masdar, Emirats Arabes Unis

L’Institut Masdar pour les Sciences et la Technologie(MI), la société Boeing, Etihad Airways et Honeywell’s UOP ont annoncé avoir achevé l’évaluation de la durabilité d’un Système Intégré d’Agriculture à l’eau de mer (Integrated Seawater Agriculture System (ISAS)) pour la production des biocarburants et d’autres ressources biologiques pour le secteur de l’aviation.

Les chercheurs ont confirmé le potentiel du ISAS pour produire des carburants et des ressources d’une grande valeur dont le carburant de l’aviation, le diesel biologique, l’électricité, les produits de l’aquaculture et d’autres sans compromettre les ressources de l’eau douce et les terrains arables utilisées dans l’agriculture conventionnelle. L’étude a également identifié les besoins essentiels de recherche qui peuvent être adressés en vue d’augmenter la probabilité du succès du déploiement commercial à grande échelle.

L’annonce vient à l’occasion du Sommet Mondial sur Les Énergies Futures qui se tient au Centre National d’Exhibitions d’Abu Dhabi.

La recherché qui a été lancée il y a un an comprend également une recherche agronomique préliminaire sur le halophyte Salicornia bigelovii où un progrès a été constaté. Les découvertes fourniront une contribution précieuse pour le développement du Centre de Recherche sur l’Énergie Durable (SBRC) de l’Institut Masdar.

Le programme phare du SBRC sera un projet de recherche et de démonstration conçu pour actionner la viabilité commercial de l’énergie biologique dérivée des halophytes y compris les carburéacteurs renouvelables. Le programme utilise des systèmes intégrés d’agriculture à l’eau de mer pour soutenir le développement et la commercialisation des sources des biocarburants pour l’aviation et les sous-produits.

ISAS combine l’aquaculture, la culture du Salicornia et la sylviculture des Mangroves dans un système intégré à impact réduit pour la production du carburant biologique qui dépend de l’irrigation de l’eau de mer et qui ne compromet pas les terrains arables. Il offre également la possibilité de contribuer au développement d’une source alternative de carburant qui peut réduire une part des émissions mondiales de gaz à effet de serre (GES) sans laisser un impact environnemental négatif. L’évaluation de la durabilité menée par Dr Sigouris Sgouridis et Dr. Scott Kennedy, Doyen adjoints pour la recherche et professeur adjoint à l’institut Masdar a porté sur les impacts du cycle de vie.

Sur ce point précis des impacts écologiques il restera quand même à préciser l’impact de ces cultures sur les milieux littoraux et mangroves, qui sont comme chacun sait maintenant, les maternités et les zones nourricières d’une grande partie de la faune marine.

Les questions d’économie et de durabilité seront les questions prédominantes de l’avenir des biocarburants.

Frédéric Douard, Bioénergie International