Objectifs biomasse 2020 : le réel potentiel des forêts européennes

Doubler la part d’énergie renouvelable en Europe d’ici 2020 est l’une des priorités de l’agenda de l’UE, les énergies vertes devant représenter 20% de la consommation énergétique totale de la région. Dans le cadre de ce plan, la demande en bois augmentera. Le bois et les déchets ligneux ont toujours joué un rôle crucial en Europe, couvrant environ 50% des sources de puissances renouvelables. Aussi la question est de savoir si nous disposerons de suffisamment de bois pour répondre aux besoins de l’Europe.

Forêt de bouleaux en Finlande, photo Frédéric Douard

Le projet EUWOOD («Real potential for changes in growth and use of EU forests»), soutenu par la direction-générale de l’énergie de la Commission européenne (DG Énergie), a relevé le défi en offrant un nouvel aperçu de l’approvisionnement en biomasse ligneuse.

Les changements affectent le marché des produits forestiers mondiaux depuis 2000. Contrairement à nos ancêtres qui utilisaient le bois pour réchauffer leurs foyers, nous faisons actuellement face à un remaniement total étant donné que la génération d’énergie ligneuse trouve sa voie dans l’industrie. Par exemple, l’industrie utilise le bois en tant que matière première pour la production de produits chimiques. Par conséquent, évaluer les décisions économiques et de politique forestière devient de plus en plus difficile en raison de la nature de plus en plus complexe du marché des produits forestiers.

C’est dans cet esprit que les partenaires EUWOOD ont utilisé l’outil «Wood Resource Balance» pour comparer la demande en bois à des fins énergétiques et pour les produits à l’approvisionnement potentiel de bois provenant des forêts et autres sources dans l’UE des 27. D’après leurs résultats, une augmentation de l’approvisionnement en biomasse ligneuse provenant des forêts situées en Europe peut dépasser le niveau actuel d’utilisation des ressources si les représentants officiels de l’UE mettent en place une stratégie détaillée et prennent des décisions politiques rapides et radicales.

Le consortium EUWOOD affirme que le potentiel ligneux théorique des forêts de l’UE s’élevait à presque 1,3 milliard de mètres cubes pour 2010. Plus particulièrement, le bois de fût composait environ 50% de ce potentiel, alors que le reste est fait de résidus d’exploitation, de souches et de biomasse ligneuse de coupes précoces dans les forêts jeunes. Mais ce potentiel est tombé à quelque 750 millions de mètres cubes, avec la perte découlant des contraintes environnementales, techniques et sociales. La biomasse des coupes précoces, des souches et des résidus ressentent l’impact le plus important.

L’une des contraintes environnementales, par exemple, est une baisse de biomasse sur les sites pauvres pour empêcher la perte de nutriments. Une contrainte technique pourrait être la capacité portante du sol qui restreint la moisson sur les sols mous, tandis qu’une contrainte sociale est liée à la façon dont la disponibilité de la biomasse varie en raison des changements dans la structure de la propriété de la forêt. Il convient de noter qu’aucune évaluation de l’impact total de la récolte intensifiée n’a été effectuée.

EUWOOD a utilisé des scénarios de mobilisation afin d’évaluer le potentiel de la biomasse ligneuse. Les chercheurs se sont concentrés, par exemple, sur la façon dont la société considère l’utilisation du bois. D’une part, le potentiel de biomasse ligneuse peut augmenter jusqu’à 898 millions de mètres cubes en 2030 si les Européens s’intéressent à l’utilisation du bois pour la génération d’énergie et autres. D’autre part, le potentiel pourrait baisser à 625 millions de mètres cubes si des effets environnementaux négatifs possibles de bois plus solide utilisés sont estimés importants. Les contraintes économiques, telles que les coûts de procuration, pourraient également résulter en une plus grande perte de potentiel.

Les résultats d’une étude de cas de la région de Carélie du Nord, en Finlande, démontrent clairement que le potentiel de la biomasse pourrait baisser de 28% si la capacité de paiement d’un utilisateur de résidus d’exploitation baisse de 4%.

EUWOOD suggère que l’approvisionnement devrait être stimulé (tant des forêts que d’autres sources) afin d’aider l’Europe à répondre à la demande croissante. Toutefois, la demande en bois pourrait baisser si les Européens soutiennent l’efficacité énergétique et mettent à disposition d’autres sources d’énergie renouvelable à base de bois.

Mené par le Centre of Wood Science de l’université de Hambourg en Allemagne, EUWOOD a rassemblé des experts de l’Institut européen des forêts, de l’UNECE/ FAO (Commission économique des Nations Unies pour l’Europe/Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture) – la Forestry and Timber Section, l’Institut des forêts et produits forestiers aux Pays-Bas (PROBOS), et de l’Institut de recherche finnois sur les forêts (METLA) à Vantaa.

Pour de plus amples informations, consulter :

Pour lire le rapport final d’EUWOOD (en anglais), cliquer ici

Source des informations: Institut européen des forêts; EUWOOD