Lien de bannissement

En 2025, l’Outre-mer français tournera définitivement la page du charbon pour sa production électrique

L’Outre-mer français tourne définitivement la page du charbon pour sa production électrique

La centrale du Moule en Guadeloupe, photo Albioma

Le producteur d’énergies Albioma a annoncé le 3 juillet 2024 l’abandon total du charbon sur son site du Moule (unités ALM1 et ALM2) en Guadeloupe, après délibération de la Commission de Régulation de l’Énergie du 13 juin 2024 et signature d’un avenant au contrat d’achat d’électricité avec EDF pour la conversion à la biomasse de la centrale. La troisième unité de la centrale, ALM3, avait quant à elle déjà été convertie à 100 % à la biomasse en 2020, après délibération de la CRE en 2018.

Les travaux de conversion de l’unité ALM2 débutent dès à présent pour que la centrale fonctionne 100 % à la biomasse en 2025, en privilégiant les gisements locaux de biomasse disponibles (bagasse, bois forestier, bois d’élagage, etc.), complétés par des granulés de bois certifiés et importés, en provenance notamment de notre usine de production du Canada. L’unité ALM1 ne fonctionnera qu’à la bagasse durant les campagnes sucrières et sera mise « sous cocon » le reste du temps.

Schéma du système électrique de la Guadeloupe au 31 décembre 2023. Cliquer sur la carte pour l’agrandir.

La délibération de la CRE prévoit également une enveloppe d’investissements nécessaire à la prolongation de 14 ans de l’exploitation de l’unité ALM2 ; le contrat d’achat d’électricité a été en conséquence prolongé de 2033 à 2047 pour ALM2. Cette conversion d’ALM2 et l’arrêt du charbon sur ALM1 conduira Albioma à stopper complètement l’importation de charbon et à recourir exclusivement à de la biomasse sur l’ensemble de ses centrales vapeur des Antilles.

Frédéric Moyne, Président d’Albioma, a déclaré : « Grâce aux équipes Albioma, la conversion à la biomasse de la centrale du Moule va débuter dès maintenant. Ces travaux répondent à plusieurs enjeux, parmi lesquels l’abandon du recours au charbon dans la production d’électricité en Guadeloupe en 2025, et en conséquence l’augmentation durable de la part de renouvelable dans le mix énergétique de l’Île. Au-delà de cette très bonne nouvelle pour la Guadeloupe, Le Moule était la dernière centrale d’Outre-mer fonctionnant encore au charbon ; sa conversion marque ainsi la fin du charbon dans les territoires ultramarins français, ce dont je me réjouis particulièrement. Ces territoires isolés du réseau électrique de la France continentale seront sans doute en mesure de couvrir avec les énergies renouvelables 100 % de leur mix électrique en 2030. »

À terme, la conversion fera passer la part renouvelable du mix énergétique de la Guadeloupe de 35 % à 45 % et permettra de réduire les émissions de gaz à effet de serre d’environ 200 000 tonnes équivalent CO2 par an, soit une baisse de 87 % des émissions directes par rapport au fonctionnement actuel de la centrale.

La centrale du Moule, adossée à la sucrerie de Gardel, produit environ 30 % de l’électricité de la Guadeloupe. Dotée d’une puissance installée de 102 MW, la centrale emploie 94 collaborateurs et permet l’alimentation en vapeur de la sucrerie pérennisant ainsi la filière cannière-sucrière de l’Île.

En savoir plus sur le centrale du Moule : www.albioma.com/implantation/guadeloupe/le-moule/

Frédéric Douard

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *