Le miscanthus, source d’énergie et de paillage pour les territoires

Champ de miscanthus en végétation, photo France Miscanthus

Champ de miscanthus en végétation, photo France Miscanthus

France Miscanthus publie deux brochures sur les valorisations du miscanthus en énergie et en paillage pour les jardins et espaces verts. Ces brochures contiennent un annuaire des fournisseurs et la présentation de 14 témoignages sur des projets de chauffage au miscanthus en France.

Les avantages environnementaux du miscanthus ne se résument pas aux seules réductions de GES. Rappelons que cette culture nécessite peu voire pas d’intrants, qu’elle est un moyen efficace de protéger les ressources en eau et de prévenir l’érosion, et qu’elle favorise le développement de la biodiversité de par un moindre travail du sol et un couvert végétal permanent. Cette culture s’inscrit donc pleinement dans la démarche de l’agroécologie.

De plus, le miscanthus constitue un levier efficace de développement de l’économie locale en s’insérant dans des circuits courts d’approvisionnement énergétique, en favorisant l’émergence d’une économie circulaire tout en permettant de maintenir et diversifier une agriculture de territoire.

Champs de miscnathus prêt à être récolté, photo France Miscanthus

Champs de miscnathus prêt à être récolté, photo France Miscanthus

Surtout, les collectivités, entreprises, agriculteurs et autres structures qui ont choisi de se tourner vers des solutions thermiques incluant le miscanthus comme biocombustible
y ont trouvé une solution économiquement rentable, aux durées d’amortissement relativement réduites par rapport aux technologies traditionnelles fondées sur les énergies fossiles.

La brochure « combustible » met en lumière des projets emblématiques de chauffage à base de miscanthus, tant sous l’angle environnemental,pratique qu’économique. Elle ambitionne de
faire connaître cette solution au plus grand nombre, d’identifier les facteurs clés de réussite de tels projets et de recenser des partenaires techniques pertinents afin de permettre
à d’autres collectivités de développer ce type de solution sur leur territoire.

Récolte de miscanthus, photo France Miscanthus

Récolte de miscanthus, photo France Miscanthus

Liste des projets emblématiques de chauffage au miscanthus présentés :

  1. Noyant-la-Gravoyère (49) Habitation 69 kW
  2. Champhol (28) Habitation et logements locatifs 300 kW
  3. Thimert Gatelles (28) Habitation 30 kW
  4. Michel Galmel Tilly (27) Exploitation agricole et logements locatifs 100 kW
  5. Conteville (76) Exploitation agricole et habitation 55 kW
  6. Hangest-sur-Somme (80) Habitation 55 kW
  7. Hangest-sur-Somme (80) Bâtiments communaux (mairie, école, etc.) 100 kW
  8. ESAT Allaines (80) Locaux d’entreprise 400 kW
  9. Omiecourt (80) Gîte et habitation 150 kW
  10. Herleville (80) Exploitation agricole et logements locatifs 150 kW
  11. Notre-Dame d’Ourscamp (60) Batiments divers et logements 400 kW
  12. Brumath (67) Bâtiments communaux 255 kW
  13. Ammertzwiller (68) Bâtiments publics et habitations 400 kW
  14. Montéléger (26) Habitation 35 kW

Brochure miscanthusTélécharger :

Contact : contact@france-miscanthus.org

Source : www.biomasse-territoire.info

Frédéric DOUARD

Frédéric DOUARD : rédacteur en chef du magazine Bioénergie International, animateur du Portail francophone des bioénergies. Pour me contacter : fdouard arobase bioenergie-promotion.fr

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Energie+ dit :

    Les nombreux avantages du miscanthus dont la culture encore faible mérite d’être plus importante en France, malgré sa relative demande en eau, sont aussi beaucoup d’autres applications, de la plasturgie, composites, aux isolants etc qui peuvent en terme d’emplois et de filière économique intéresser plusieurs régions. En énergie par rapport au bois il a toutefois quelques inconvénients minimes qui peuvent être corrigés quand il s’agit de granulés, comme un taux de cendres plus élevé, des problèmes de corrosion et d’émissions acides liées à des teneurs en azote et en chlore plus importantes, et la formation plus aisée de mâchefers à cause de teneurs plus élevées en silicium, magnésium, potassium :

    http://www.valbiom.be