Huile de palme, quand la production de biocarburant dérape !

Plantation palmiersEn 2014, 45% de l’huile de palme importée sur le territoire européen a fini dans les réservoirs des voitures et camions d’après les chiffres de l’association des huiles végétales européennes (FEDIOL). Cette révélation de l’ONG européenne Transports et Environnement est d’autant plus préoccupante que le développement à très grande échelle de cette huile peut avoir des conséquences désastreuses sur les milieux naturels, la biodiversité et les communautés forestières.

Entre 2010 et 2014, la part de l’huile de palme importée en Europe à destination du biodiesel est passée de 8% à 45 %, soit un bond de 2,6 millions de tonnes. Cela se traduit par une augmentation de 606 % des quantités d’huile de palme utilisée pour le biodiesel.

Pour Camille DORIOZ, chargé de mission agriculture de France Nature Environnement :« En fait, l’huile de palme a répondu intégralement à la croissance de la demande sur la période 2010-2014. Et malgré la baisse de la consommation dans l’alimentation (de 1,1 Millions de Tonnes), le biodiesel a tiré vers le haut les importations. Pourtant, souvenez-vous, il est de notoriété publique que la production industrielle d’huile de palme a des effets catastrophique dans les pays tropicaux. »

Les 3,5 milliards de litres d’huile de palme utilisés en 2014 sont le produit de la déforestation et du drainage de tourbières. C’est ce changement d’usage des sols qui est à l’origine d’une majeure partie de l’impact climatique de l’huile de palme selon un rapport de la Commission européenne, en déstockant largement le CO2 accumulé pendant des années par ces écosystèmes. A cela, il ne faut pas oublier d’ajouter la destruction de la biodiversité engendrée par ces activités agricoles ultra-industrielles, qui transforment la forêt primaire en monoculture de palme.

En France, jusqu’ici, le biodiesel était produit à partir du colza et du tournesol cultivés sur le territoire national, une politique de diversification pour les agriculteurs et d’indépendance énergétique qui se défend. Mais avec des projets tel que celui de Total à la raffinerie de La Mede près de Martigues, en France également la porte s’ouvre pour l’huile de palme dans le biodiesel et où est l’intérêt pour l’agriculture locale ? Où est l’intérêt pour l’environnement ? Où est l’intérêt pour l’indépendance énergétique ?

Frédéric Douard