La cuisson performante à bois gagne les écoles ougandaises

Ecole ougandaise, GVEPUn article de Laura Nolan du GVEP le 17 août 2015

Les écoles Ougandaises abandonnent progressivement leurs traditionnels feux de cuisson à trois pierres, polluants et toxiques, au profit de l’adoption de foyers améliorés, réduisant ainsi les dépenses en combustibles consommés et la détérioration du couvert forestier du pays.

Les recherches effectuées pour trouver des solutions alternatives aux foyers de cuisson utilisés dans les écoles Ougandaises sont restées sans résultats probants durant plusieurs décennies. La plupart des institutions utilisaient des méthodes de cuisson rudimentaires, consommant des quantités excessives de bois de chauffage et entraînant de ce fait une déforestation et une dégradation de l’environnement accélérée. De plus, le bois de chauffage devenant une rare commodité, son prix escalade.

Exploiter les technologies d’énergies non polluantes s’avère être un moyen rentable de réduire les dépenses de plus en plus élevées en bois, nécessaire à la cuisson d’un repas.

Avec l’objectif de modifier les pratiques de cuisson alimentaires du pays, GVEP International promeut l’adoption de foyers améliorés dans les établissements d’enseignement primaire et secondaire en Ouganda, car au-delà de l’aspect sanitaire et de la protection de l’environnement, s’équiper de foyers améliorés permet aux écoles de faire de grandes économies.

Un certain nombre d’écoles à travers le pays, comme l’école Cornestone de Kitete, ont déjà adopté l’utilisation des foyers améliorés.

L’augmentation constante du nombre d’étudiants entraînant des dépenses de plus en plus élevées en bois de chauffage, coût atteignant jusqu’à 938$ par trimestre, John Lule, chef cuisinier de l’école, a pris l’initiative de participer à un atelier de sensibilisation à l’utilisation de foyers améliorés organisé par GVEP International. Au cours de cet événement, GVEP a démontré l’efficacité et la fonctionnalité de ses cuisinières, avec la participation des producteurs locaux. GVEP a créé des partenariats à travers l’ensemble du pays avec des producteurs de foyers améliorés, les mettant en relation avec des institutions locales telles que des écoles, assurant ainsi la qualité non seulement des produits fournis mais aussi de la maintenance de ces nouveaux équipements.

Apres s’être équipée de deux foyers améliorés, l’école Cornestone, satisfaite de l’investissement effectué, a décidé d’acquérir deux cuisinières supplémentaires. Ils prévoient également d’en acheter deux de plus avec les 469$ économisé par trimestre en bois de chauffage.

« La quantité de bois que nous utilisions dorénavant est suffisante pour nous permettre de préparer le repas de 1,167 élèves, 60 enseignants et 32 employés », explique Anne Kissa, administratrice de l’école.

« Les cuisiniers sont désormais plus heureux parce qu’ils travaillent dans un environnement propre et sain. Ils ne se plaignent plus de congestions de la poitrine et d’irritations des yeux causés par les gaz toxiques provenant de la combustion du bois de chauffage. Le temps économisé en cuisson est maintenant consacré à d’autres tâches » nous explique le chef cuisinier, ajoutant que son équipe a aussi bénéficier d’une formation sur l’utilisation et la maintenance des foyers.

Les parents d’élèves font également l’éloge de cette initiative car l’hygiène et la sécurité de l’école se sont considérablement améliorées.

“J’encourage vivement les autres écoles à utiliser ces cuisinières, puisqu’elles permettent de grands avantages tant au niveau économique que pour la santé. De plus, nous sommes ravis de contribuer à sauver les forêts de notre pays », affirme Anne.

Cependant, de part les coûts d’installation, il n’est pas facile pour les écoles de faire le choix d’opter pour ces cuisinières. Recevant les frais de scolarité au début de chaque semestre, la plupart d’entre elles ne possèdent pas le capital requis pour avancer les frais d’installation. Les producteurs, quant à eux, ont besoin de la somme totale afin d’effectuer la fabrication du foyer. Afin de remédier à ce défi, GVEP travaille de près avec des banques locales afin de fournir des prêts financiers et aux écoles, et aux producteurs, à rembourser une fois les frais de scolarité reçus.

L’équipe de GVEP en Ouganda travaille avec les acteurs du secteur éducatifs du pays afin d’accroître l’utilisation de ces foyers. Tibbs Akahanda, Chargé d’Accès aux Financements chez GVEP à Kampala, s’est récemment entretenu avec les autorités de la ville (Kampala Capital City Authority) et le Directeur de l’Education et des Services Sociaux.

“Nous cherchons désormais à réunir les fonds nécessaires pour l’installation de cuisinières améliorées dans 80 écoles de la ville de Kampala. Nous sommes ravis que les responsables du secteur éducatif participent à rendre cela possible”, explique-t-il.

GVEP entretient actuellement des partenariats avec des institutions financières en Ouganda tels que Equity Bank, Opportunity Bank et Post Bank Uganda, afin de soutenir les écoles dans leurs demandes de prêts.

A ce jour, 240 écoles Ougandaises ont bénéficiés de l’initiative de GVEP, lancée en 2012.

GVEPUn article de Laura Nolandu du GEPV le 17 août 2015. GVEP (Global Village Energy Partnership) travaille avec les entreprises des pays en développement pour augmenter l’accès à l’énergie moderne et améliorer la qualité de vie de milliers de personnes. A ce jour, presque un million de personnes a bénéficié de ses programmes.