Granulés torréfiés, vers une voie énergétique pour la torréfaction du bois ?

Article de Matthieu CAMPARGUE, RAGT Energie, paru dans le Bioénergie International n°23 de février 2013

Granulés de bois torréfié, photo RAGT Energie

Depuis quelques années, la production de granulés de bois est en plein essor. De nombreux projets sont en cours de développement et nous devrions arriver rapidement à une production d’un million de tonnes sur le territoire français et à plus de 15 millions en Europe. En parallèle, le marché du granulé combustible dans l’industrie se développe : en effet il représentait  7 millions de tonnes en 2010 et devrait atteindre 11 millions de tonnes en 2015, dont une grosse partie est importée (Canada, USA..). Pour produire de telles quantités  il va donc être nécessaire de trouver de nouvelles ressources, mais aussi d’adapter le granulé aux besoins du processus industriel.

Concernant la ressource et la tension actuelle sur les connexes de scieries, il va donc falloir s’orienter sur des ressources en bois moins qualitatives ou plus difficile à travailler (rondins), mais aussi trouver de nouvelles ressources en travaillant sur le bois feuillus et tous les agro-résidus.

Concernant l’adaptation du produit au procédé industriel, il faut savoir que le granulé de bois, ou plus généralement la biomasse, se positionne en général en substitution au charbon dans des centrales électriques et thermiques. L’évolution nécessaire sur le granulé combustible est donc de le rapprocher le plus possible du comportement du charbon afin d’avoir un minimum de modifications à faire sur les foyers et sur les réglages du processus. Le charbon ayant un PCI (Pouvoir Calorifique Inféruer) de l’ordre de 7 à 8000 kWh/t, l’objectif est donc d’augmenter le pouvoir calorifique de la biomasse. Cette évolution est possible par un procédé en cours de validation industrielle : la torréfaction…

… pour lire la suite, consultez le magazine Bioénergie International n°23 de février 2013.