Bilan complet de 4 années d’appel à projets BCIAT : 104 projets de biomasse-énergie

Cliquer la carte des projets pour agrandir

Le Fonds Chaleur soutient en France le développement de la production de chaleur à partir des énergies renouvelables (biomasse, géothermie, solaire…). Il est destiné à tous les maîtres d’ouvrage (hors sphère domestique) : entreprises des secteurs agricole, industriel et tertiaire privé, collectivités et gestionnaires d’habitat collectif. Il a été lancé en décembre 2008.

Il doit contribuer à atteinte les objectifs retenus par la France à l’horizon 2020 pour les énergies renouvelables, dans le cadre des engagements communautaires, soit une augmentation de la production de 20 Mtep (millions de tonnes équivalent pétrole). Le Fonds Chaleur doit y contribuer à hauteur de 5,47 Mtep soit un peu plus de 25 %, la biomasse devant fournir 70 % de ce chiffre.

Chaufferie Soufflet à Nogent-sur-Seine

Le Fonds Chaleur est géré à deux niveaux

Au niveau national, dans le souci de dynamiser la filière biomasse, l’ADEME lance, chaque année, un appel à projets national Biomasse Chaleur Industrie Agriculture Tertiaire (BCIAT) à destination des entreprises des secteurs agricole, industriel et tertiaire privé souhaitant s’équiper d’installations assurant une production annuelle de chaleur à partir de biomasse (bois, déchets agricoles…) supérieure à 1 000 tep/an.

Au niveau régional : Les autres projets (tous secteurs toutes filières) sont gérés au niveau régional, par les directions régionales de lʼADEME :

  • Projets portés par les collectivités et les gestionnaires d’habitat collectif produisant de la chaleur à partir de la biomasse, de la géothermie, du solaire, de la méthanisation, de l’énergie de récupération (taille minimum des projets 100 tep/an pour biomasse et méthanisation) et réseaux de chaleur,
  • Projets portés par les entreprises des secteurs de l’industrie, de l’agriculture et du tertiaire privé produisant entre 100 et 1000 tep/an de chaleur à partir de biomasse, projets produisant de la chaleur à partir de l’énergie de récupération et réseaux de chaleur.

Des appels à projets régionaux sont aujourd’hui mis en place pour les projets dont le montant de l’aide est inférieur à 1,5 million €. Au-delà, l’instruction des dossiers est réalisée de gré à gré.
L’éligibilité des projets est soumise à l’atteinte de performances énergétiques et environnementales. Les aides financières apportées sont fonction de la taille des projets et de leur rentabilité économique.

Chaufferie biomasse SKF

Résultats du Fonds chaleur pour la biomasse

Sur la base du bilan 2009-2011, les installations biomasse aidées dans ce cadre (à hauteur de 600 M€, en intégrant les perspectives pour 2012) permettront d’éviter l’émission de 2,6 millions de tonnes de CO2 par an, et représentent 5 000 emplois pérennes pour l’exploitation et l’approvisionnement ; elles génèreront sur leur durée de vie 240 M€ par an de chiffre d’affaire auprès de la filière forêt-bois pour cet approvisionnement, tout en évitant l’importation de produits pétroliers pour un montant largement supérieur.

Bilan des 4 premiers BCIAT

Les 4 premiers appels à projets, lancés en 2008, 2009, 2010 et 2011, ont permis de soutenir 104 opérations biomasse énergie pour une production énergétique totale de 557 620 tep/an et une puissance totale installée de 1 100 MWth.

Les secteurs d’activité concernés sont variés. Le secteur le mieux représenté est l’agroalimentaire avec, sur quatre ans, 39 projets en cours et une production énergétique à partir de biomasse de 164 430 tep/an. Ceci reflète la volonté des industriels du secteur agroalimentaire d’améliorer les performances énergétiques et environnementales de leurs procédés et de communiquer sur des produits de grande consommation à faible teneur en carbone. Par ailleurs, ces industriels sont souvent situés en milieu rural, au plus près des producteurs de matières premières, avec un accès au gaz naturel limité. Ainsi, la biomasse constitue une très bonne opportunité de faire évoluer leurs utilités énergétiques fonctionnant souvent fioul lourd.
Au second rang, le secteur du papier/carton avec sur quatre ans 18 projets en cours représente une
production énergétique à partir de biomasse de 108 000 tep/an notamment pour la production de vapeur.

Externalisation des projets industriels

En 4 ans, 48% des industriels ont porté eux-mêmes leur projet.

Analyse de la taille des projets

Les 104 projets d’industriels retenus ont des besoins en chaleur spécifiques. Le tableau ci-dessous présente les moyennes annuelles et les extrêmes des productions thermiques des installations biomasse.

Taille des projets BCIAT, cliquer pour agrandir

Bilan d’avancement des projets

Avancement des projets BCIAT 2009-2011, cliquer pour agrandir

Dans le cadre du BCIAT 2009, 15 installations sont en fonctionnement et représentent 84 259 tep/an. 5 installations sont en cours de construction et 3 sont en phase d’études ; elles représentent 26 915 tep/an. Ces installations ont pris du retard par rapport au calendrier initial, mais leur réalisation n’est pas remise en cause. Le nombre de projets abandonnés est de 5, représentant environ 13 200 tep/an.

Répartition de projets BCIAT en fonctionnement en 2012, cliquer pour agrandir

Parmi les installations soutenues dans le cadre du BCIAT 2010, aujourd’hui 6 installations sont en phase de mise en service ou même en fonctionnement continu. Celles-ci représentent 20 329 tep/an. 9 chaufferies sont actuellement en cours de construction et 8 en phase d’études pour 109 946 tep/an. Le BCIAT 2010 a aussi connu l’abandon de 5 projets pour une production thermique qui avait été estimée à 22 000 tep/an.
Le BCIAT 2011 comprend une installation en phase de mise en service. Par ailleurs, 4 d’entre elles sont en cours de construction et 7 chaufferies devraient entamer leur construction en 2013.
Au total, 11 projets ont été abandonnés au cours du BCIA 2009, BCIAT 2010 et 2011. Le ralentissement des activités des sites industriels, en lien avec la conjoncture économique, constitue la principale cause d’abandons de ces projets. L’évolution actuelle du prix du gaz, et les anticipations de baisse de prix des industriels, sont aussi une source invoquée par les porteurs de projets pour renoncer à la mise en place d’une chaudière biomasse.

Impact des projets BCIAT sur les emplois pérennes et temporaires

Impact des BCIAT sur la création ou le maintien d'emplois, cliquer pour agrandir

>> Télécharger la liste des 104 projets en cours