Réussir un hangar à plaquettes

Article paru dans le Magazine Bioénergie International n°14 – Mai 2011

Hangar à bardage bas, pour remplissage par déchiquetage, photo Frédéric Douard

La technique et le marché

Les plaquettes forestières sont obtenues par coupage de branches et de troncs d’arbres.

Les chaufferies de grande taille (> 1MW) et équipées de chaudières à grille mobile peuvent utiliser des plaquettes grossières et  humides directement à la sortie de la forêt en flux tendu, ce qui permet d’obtenir un prix de l’énergie des plus compétitifs. Dans cette organisation néanmoins, un stock de sécurité est toujours nécessaire aux fournisseurs pour couvrir en quantité et qualité toutes les périodes de l’année où la fourniture de plaquettes en flux tendu est rendue difficile. C’est ainsi que selon les organisations, un minimum de 10 à 20% des volumes de marché est à stocker au sec pour assurer la continuité du service par intempéries ou difficultés de circulation fortes.

Les chaufferies de petite taille (moins de 1MW), équipées de chaudières à grille fixe nécessitent quant à elles de la plaquette fine et sèche. Pour obtenir cette qualité, un séchage est nécessaire, soit en perches soit sous forme déchiquetée. Si le séchage en perche ne demande pas de couverture pour la conservation des qualités du produit, il en est tout autrement pour le bois déchiqueté qui va nécessiter un bâtiment.

Le séchage en plaquettes sera privilégié lorsque la ressource est constituée de bois de faible diamètre (moins de 15 cm) dont la conservation extérieure n’est pas pertinente en terme de maintien des qualités. Pour les bois plus forts, la conservation extérieure, même durant plusieurs années ne pose aucun souci majeur de qualité, et les bois seront disponibles à tout moment pour réaliser une plaquette sèche…

…. Lire la suite en commandant le numéro en ligne…

Le magazine Bioénergie International est disponible :

1 réponse
  1. 7 février 2014

    […] Réussir un hangar à plaquettes […]